Alors que le monde du bar était à l’arrêt (ainsi que les compétitions), les planètes se sont parfaitement alignées pour que la finale de CALVACLUB puisse avoir lieu, organisée par L’IDAC, en collaboration avec ForGeorges. L’occasion de valoriser le savoir-faire des bartenders, mais aussi de mettre en avant le travail des producteurs de Calvados. Car oui, le Calvados coche toutes les cases avec notre époque : un spiritueux authentique, traçable et écologique ! On vous emmène en immersion dans ce CALVACLUB pas comme les autres où la créativité s’est exprimée des vergers jusqu’aux verres !  

CALVACLUB, bien plus qu’un concours de bartenders.

Certes, CALVACLUB est à la base un concours de Bartenders. Dans un premier temps digital pour la présélection où 67 bartenders de toute la France ont participé. Des bartenders que l’on tient à remercier pour leur engagement car c’est bien plus qu’une simple photo ou recette qu’ils ont du réaliser, mais une vidéo d’une minute pour nous emmener dans leur univers ! Puis en format physique pour la finale, à deux pas de Deauville pour les 12 finalistes sélectionnés.

Mais CALVACLUB, c’est également la possibilité de plonger dans un patrimoine normand d’une exceptionnelle richesse, avec comme fil rouge le Calvados ! Pour ne rien gâcher au plaisir un invité de marque était au rendez-vous : le soleil pour accompagner ce séjour.

Pas de temps à perdre puisque c’est un programme bien chargé qui attend les candidats. Pour commencer, une escale par la distillerie Château du Breuil. Une institution du spiritourisme en Normandie, où les candidats ont pu s’immerger dans une distillerie qui pratique la double distillation. C’est Didier Bédu, président de l’IDAC, et DG de Château du Breuil, en compagnie de Jean-Luc Pignol, président de la section Calvados, qui ont accueilli la folle équipe. Petite info pour briller en société au passage : pour obtenir un litre de Calvados à 100% d’alcool, environ 27 kg de pommes sont nécessaires, ou encore un peu plus de 20 litres de cidre à 5 % d’alcool.

Retour au gîte où une visite sur la plage à quelques pas à donner lieu à un nouveau rituel de dégustation : le CalvaCoquille (un calva servi dans un coquillage). On peut toujours compter sur des bartenders quand il s’agit de nous servir à boire, même sans verre ! 

Le lendemain matin, c’est avec une fraîcheur matinale que nous avons pris la direction de Fourneville pour une rencontre qui n’a laissé personne indifférent avec Monsieur Gilles, propriétaire de la Ferme des Parquets ! Un expert de la pomme qui a réalisé en direct une greffe de pommier au milieu d’un de ses vergers, tous plantés en “tige haute”, où les vaches peuvent paisiblement ruminer entre ceux-ci. Une fois ce pommier greffé, il devra résister aux nombreux défis qui l’attendent, dont le principal : les oiseaux qui pourraient casser la greffe. C’est seulement au bout de 6 à 7 ans que celui-ci pourra donner des pommes. Sa passion est communicative et on aimerait en savoir plus sur toutes les variétés qui ornent ses vergers : plus de 80 variétés de pommiers. Mais il est temps pour nous de passer voir ses chais et son alambic à repasse, qui fonctionne au feu de bois ! Monsieur Gilles a même l’amabilité d’offrir un pommier à chacun des participants.  

Nous rejoignons nos voitures pour aller dans une distillerie bien connue des bartenders : Calvados Christian Drouin, où Guillaume, troisième génération de la Maison, nous a préparé une fin de matinée aux petits oignons. Saviez-vous que chacune des bouteilles Christian Drouin est cirée à la main, ou encore que des cabanes à mésanges sont placées sur tout le domaine, car chacune mange environ 13 000 insectes par an ? Oui on le répète pas assez mais le Calvados est un “alcool vert”. La maison a fait réaliser son bilan carbone. Résultat, grâce à ses nombreux pommiers, l’entreprise absorbe plus de CO2 qu’elle n’en émet !

Direction la salle de dégustation. D’abord pour comprendre les différentes appellations de l’AOC Calvados (AOC Calvados / Domfrontais / 100% Poire / VSOP). L’expérience a pris par la suite une autre dimension : créer notre propre assemblage avec 3 Calvados mis à disposition. Plusieurs tests plus tard, chacun est s’est vu remettre en fin de journée sa bouteille personnalisée, au niveau du jus et de l’étiquette !

Avant d’aller pique-niquer, un petit tour via la salle de distillation et les chais. Calvados Christian Drouin est l’une des rares distilleries à conserver des fûts de forme ovales, très prisés auparavant des contrebandiers pour ruser les douanes.

Pour agrémenter notre pique-nique, un pain au cidre réalisé dans le four à pain réhabilité il y a quelques années par la distillerie, et l’occasion de se prélasser à l’ombre des pommiers, avant que le stress de la grande finale CALVACLUB ne commence à se percevoir sur les visages des candidats ! 

14 heures, l’heure de la finale a sonné.

C’est maintenant l’heure pour nos 12 finalistes de CALVACLUB de s’affronter dans un cadre idyllique, face à la mer, et sous un soleil de plomb (oui oui toujours en Normandie). Mais aussi de devoir s’affranchir des contraintes qui vont avec, dont certaines rafales de vent, suffisamment puissantes pour pousser les shakers ou faire s’envoler les garnishs. Pour le jury, l’éclectisme est de rigueur : 2 producteurs de Calvados bien sûr (Guillaume Drouin de la distillerie Christian Drouin et Pierre Martin de la distillerie Coquerel), accompagnés d’une bartender bien connue de la scène française :  Aurelie Panhelleux du bar parisien Copperbay. Pour compléter ce jury d’exception le chef du restaurant Fragments à Caen, Clément Charlot, et de la journaliste Deborah Pham. Période de Covid oblige, ce sont 6 cocktails que les participants doivent réaliser et expliquer. Pour ceux ayant opté pour la clear Ice, Ice Cube Co leur a même fourni leur glace taillée sur mesure ! Royal.

Avant l’annonce des résultats et de savoir qui remportera les 1000 euros et son voyage au BCB Berlin pour représenter la catégorie Calvados, il est temps pour tous de se décontracter dans un autre art normand, mais sportif cette fois : le sulky. Puis d’enchainer sur les excellents cocktails de Guillaume Six qui nous a délecté avec ses cocktails à base de Calvados, bien entendu. Avant que les génies du restaurant gastronomique indigène ne revisite des plats à base de Calvados : huitres, pâté croute… Un véritable festin. Rien que d’écrire ses lignes, on en salive encore…

Puis le verdict du CALVACLUB 2021 tombe :

Il est l’heure de connaitre le classement du CALVACLUB 2021.

• 3e : Wes Sengomona – Hanzo – Bordeaux avec son cocktail la bonne poire 

• 2nd : Lucas Lichtenberg – O Sullivan – Montpellier avec son cocktail Clear Rice

• 1er : Ugo Moretto – FIEF – Paris – Ugo Moretto avec son cocktail  « Globe bouilleur » : 
– 1,5 cl de jus de pickles de pommes et oignons rouge
– 2,5 cl d’un sharbat (macération sous vide à froid) de fraises au poivre de Sichuan du Gers 
– 2 cl de vin blanc sec infusé au mélilot (herbe des champs)
– 5 cl de calvados 
– 3 cl d’aquafaba de pois chiches bio.

L’occasion aussi pour ForGeorges de remercier à nouveau l’IDAC pour sa confiance, et son engagement, tout particulièrement Damien qui s’est donné corps et âme pour que ce concours se passe, et se passe bien. L’occasion de montrer qu’il était possible de concilier concours, découverte, échange. Que la créativité avait encore sa place dans le monde du bar. Que le Calvados avait beaucoup de choses à apporter aux barmen et inversement. Que les concours peuvent aussi être autre chose que ce dont nous avons l’habitude. On se dit à l’année prochaine ?

 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

1 Comment

Write A Comment

Et pour ne rien rater à l'actualité cocktails et spiritueux  
Inscrivez-vous à la newsletter ForGeorges 
Soyez le premier à recevoir nos actualités et ne rien rater de ForGeorges
OK
Essayez, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. 
close-link
 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
close-link
122 Partages
Partagez122
Tweetez
Partagez
Enregistrer