5 cocktails à déguster au printemps par Cesar Debus – Le Douanier

Cesar Debus

Nous avons demandé à Cesar Debus, de nous donner ses 5 cocktails à déguster au printemps. Cesar, aurait pu devenir médecin, ou encore golfeur professionnel. Mais, heureusement pour nous, c’est derrière le bar qu’il a apporté son talent et sa bonne humeur. C’est entre Strasbourg où il officie, et Paris (pour les concours de barmen) qu’il traîne ses shakers ,et que vous aurez la chance de le croiser. On le laisse se présenter, et nous donner ses 5 cocktails à déguster pour le printemps.

 

Cesar Debus

 

Née le 08.08.88 à Strasbourg, que des 8 et l’année du dragon. En Chine, je serais une superbe patte de lapin à accrocher autour du cou.

Petit fils et fils de brasseurs (brasserie Fischer), né pendant la fête de la bière à Schiltigheim, aussi appelée la Cité des brasseurs. Comme si les boissons alcoolisées allaient être ma vie… Mais avant de le savoir et de trouver ma voie, j’ai étudié à Verneuil-sur-Avre à l’école des Roches où j’ai obtenu un Baccalauréat Scientifique. Puis, j’ai enchaîné sur une année de médecine à Paris… peut être pour faire plaisir à mes parents.

Je me suis vite rendu compte que ce n’était pas ce que je voulais faire de ma vie, j’ai donc eu la chance de partir un an à San Diego pour apprendre et parfaire la langue d’Oncle Sam. À mon retour en France j’ ai commencé une fac d’économie que j’ai vite abandonnée. Les études n’étaient pas faites pour moi. Je me suis alors lancé dans le golf. Un sport qui m’a toujours passionné et bercé par les exploits de Tiger Woods. J’ai voulu en faire mon métier. J’ai atteint un handicap assez sympathique de 7, mais très loin d’être suffisant pour en vivre.

J’ai eu la chance par la suite d’intégrer grâce à Franck Rolling (ancien joueur du racing club de Strasbourg et autres clubs Internationaux) directeur d’une association d’anciens joueurs de football Français “Golfoot”, et d’organiser des évènements avec lui à but caritatif. J’y ai rencontré des idoles de mon enfance que j’avais en carte Panini, dont plusieurs champions du monde 98. C’était plus un loisir qu’un métier.

Puis l’homme qui m’a donné la passion pour ce métier est mon ami Sebastien Pellegrini “Zouzou”. Il m’a fait découvrir et a partagé avec moi sa passion pour ce métier. C’est ce moment clé de ma vie où je me suis dit : “plus grand je veux être comme Zouzou”. Il m’a fait découvrir un monde de spiritueux. Un monde que je ne connaissais pas, mais un monde qui me passionne grâce à lui. Comme quoi c’est dans les gènes. Mon père, lui, a créé la fameuse Desperados. Il faisait ça avant que je sache ce qui est ma vie dorénavant.

 

J’ai donc commencé par partir en Espagne, à Barcelone pour faire une école European Bartender School. Il me fallait des bases et quelques choses à mettre sur mon CV pour débuter. Je suis rentré à Strasbourg où ma sœur m’a donné ma chance avec un premier métier derrière le bar dans un bar Tapas où je suis resté un an. Je voulais créer des cocktails. J’ai alors envoyé des recettes de cocktails au concours The bartenders Society et j’ai été sélectionné. Ça a été la vraie révélation pour moi.

Je suis donc parti du bar à tapas pour rejoindre le Bar “le Douanier”. Un bar à cocktails de Strasbourg où j’y suis depuis 1 an et demi, ouvert par Suleyman Akbulut. J’ai commencé par la plonge, préparer des gins tonic, faire les garnish des cocktails jusqu’à aujourd’hui où je suis derrière le bar à faire les cocktails. Bien sûr, je continue de faire le reste aussi, ainsi que de la salle. Il m’a appris la technique et m’a partagé sa connaissance des cocktails et spiritueux. J’ai donc voulu pousser ce côté concours qui me plaît. Et cette année, j’en ai plusieurs à mon palmarès en tant que finaliste. Mais encore aucun sur le podium. Je ne perds pas espoir. Ça me pousse à chercher plus loin et de nouvelles choses.

Ce n’est que de l’apprentissage pour moi et non des échecs.

Mes 5 cocktails idéal pour le printemps:

Mint Julep :

Un cocktail frais, lié au Kentucky Derby qui a lieu le 5 mai en plein printemps donc impossible de passer à côté.

  • 12 feuilles de menthe
  • 7 cl de Bourbon
  • 2 cl de sirop de sucre de Canne
  • 3 traits d’Angostura bitter

Mint Julep

 

Aveze tonic :

cocktail rafraîchissant et amer qui me rappelle une promenade en forêt aux printemps idéal pour l’apéro au premier rayon de soleil du printemps

· 2/3 de tonic
· 1/3 d’Avèze

Apple blossom cocktail :

Calvados et Vermouth. La pomme un fruits qui m’est chère (le fameux Zeste de pomme) et puis c’est un fruit de printemps/été

  •  6 cl de Calvados
  • 6 cl de Vermouth

Stinger :

le côté boisé et fruits confits du cognac associé à la fraîcheur de la menthe-pastille association parfaite pour une soirée de printemps autour d’un feu.

  • 6 cl de Cognac
  • 3 cl de crème de Menthe

Stinger cocktail printemps

Shinpuru :

Un cocktail de ma création. C’est un Campari soda revisité. Donc Campari, liqueur d’abricot du Roussillon Giffard, un Dashi et soda. L’abricot, le fruit du printemps et le dashi pour ce côté fumé des premiers Barbecue avant l’été.

 

Cocktail preintemps Par Cesar Debus

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *