Bien manger et bien boire ! Cela pourrait être le slogan d’Omnivore depuis plusieurs années. Mais ça serait également réduire la vocation de ce festival. C’est l’occasion de découvrir des jeunes chefs, des nouveaux bars, des vieux alcool remis au goût du jour aussi. Omnivore c’est une bulle d’oxygène dans ce milieu : ça rajeunit les plus vieux et ça fait éclore les plus jeunes ! Oui ça existe et ça fait du bien ! Et en plus cette année, ce sont leur 10 ans !

Aujourd’hui tout le monde s’intéresse à ça. Il y a 10 ans, c’était des fous. Pourquoi toucher à ce qui fonctionne ? Ils ont l’eu l’audace d’y aller et de le faire. Résultat 10 ans après c’est un succès.

Pour la partie scène cocktail, on a vu de l’intéressant… mais aussi du très intéressant ! Georges n’a pas pu tout faire malheureusement, mais en tout cas ce fût un plaisir de voir le Calbar faire le show, d’apprendre l’intérêt des sirops maison par Aymeric Tortereau du Grenier, les amis de Baton Rouge également !

Mais également des “guests” venus spécialement de l’étranger pour Omnivore ! Alex Kratena et son étonnante masterclass sur les cocktails sans alcool, qui prennent une place centrale dans sa carte de l’Artesian.

Mais encore plus fou : Aaron Polsky qui nous explique l’intérêt de créer un “alambic maison” avec un siphon de cuisine afin de capter toute l’essence du citron vert (ou encore du café) en cuisant à la bonne température sans faire partir l’alcool. Oui nous connaissions Aaron Polsky de nom, mais le voir créer ainsi devant nous, c’est un régal !
Un artiste avec un profond respect des ingrédients : chacun de ses sirops qui dépassent quelques heures est transformé en confiture pour ne rien jeter, et pour travailler uniquement avec des produits frais !

Sûrement l’un des seuls barman sur Terre à proposer à ses clients un parcours sur une journée permettant de le suivre faire son marché, choisir ses ingrédients et proposer les cocktails qui vont avec. De toute façon chez Aaron Polsky, on ne s’embête que très peu de la carte : “tout dépend de ce qu’il y a au marché”. Finalement, c’est peut être ça l’approche la plus complète qui ressemble à la gastronomie ? En tout cas une chose est sure “Golden Shaker” nous a bluffés par la puissance aromatique des choses qu’il nous a fait déguster !

Mais en dehors de la scène cocktail, on ne pouvait pas passer à côté du stand Lixir qui présentait toute une série de cocktails mettant en avant les marques du portefeuille (Remy Cointreau, Sailor Jerry…).
Impossible également de rater le stand Monkey Shoulder. A chaque manifestation c’est de plus en plus fou. Cette année Tim, le brand ambassadeur, a eu l’excellente idée de créer une cage géante avec des bouteilles (façon poche d’hôpital) au plafond, parfait pour une gorgée de whisky. Le show était assuré !

La bière n’était pas en reste. Gallia (la brasserie parisienne… pas les produits pour bébé !) a présenté l’ensemble de sa gamme, et notamment sa bière issue d’un “brassage électronique”, au son d’un DJ.

Et enfin, Brooklyn Brewery qui a littéralement arrosé le festival de ses bières. Une marque américaine que l’on voit de plus en plus présente dans les bars et qui essaye de percer sur le marché français. La gamme est large et propose une alternative intéressante aux goûts standards des grands groupes européens.

Est-ce que l’on retourne à Omnivore l’année prochaine ? Bien sur !

On espère même que l’an prochain, les scènes cocktail seront filmées et diffusées ensuite sur Internet. Cela permettrait de pousser tout le monde vers le haut ! Et de s’inspirer encore et encore de ces fabuleuses masterclass !

 

 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

3 Comments

  1. Super article. Quand meme dommage de ne pas avoir fait un clin d oeil aux calvados et armagnac qui se donnent la peine de venir monter une super gamme de produits? Allez, pour la prochaine fois surement??….

    • Georges Reply

      Bonjour Eric, merci pour votre commentaire. En effet Georges a omis de parler des calvados (hormis la photo de Marc Jean avec les calvados) et les armagnacs. Promis il se rattrapera très vite !

  2. Répondu = pardonné 🙂
    Merci, vraiment, d’avoir pris la peine de répondre, à votre dispo pour un feu d’artifice armagnacais….

Write A Comment

Et pour ne rien rater à l'actualité cocktails et spiritueux  
Inscrivez-vous à la newsletter ForGeorges 
Soyez le premier à recevoir nos actualités et ne rien rater de ForGeorges
OK
Essayez, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. 
close-link
 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
close-link
dolor vel, ut risus. risus Curabitur Donec venenatis, ut libero.
1 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez1
Enregistrer