Adriatico, le renouveau de l’amaretto !

Amaretto Adricatico

Adriatico, un nom qui sonne bon les bords de plages ensoleillées italiennes. Pourtant, c’est encore mieux que cela qu’Adriatico a mis en bouteille : de l’amaretto, mais version revisitée !

Adriatico Amaretto

Quand l’amaretto fait son retour !

L’amaretto a souvent été maltraité : ringardisé ou relégué dans la cuisine. C’est faire bien peu d’honneur à cette liqueur d’amande qui existe depuis des siècles en Italie, où chaque famille ou presque possède sa propre recette maison. Elle se marie à merveille avec l’un des autres chefs d’oeuvres venus d’Italie. Non pas Mona Lisa (quoi que), mais bien du célèbre tiramisu ! 

C’est d’ailleurs grâce à cela que Jean-Robert Bellanger, créateur de l’amaretto Adriatico, s’est intéressé de prêt à ce produit, dont sa mère mettait toujours deux gouttes sur son tiramisu :

“Je suis vite tombé amoureux de cette boisson que je trouvais sympathiquement sucrée, mais j’en avais marre de ne pas trouver d’amaretto plus naturel, ou avec un petit twist dans le goût. En parallèle, je regardais ce qu’il se passait sur le marché du gin, et du whisky, avec plein de tonalités différentes. Donc, j’ai fait un grand tour d’Italie pour trouver un producteur qui faisait ça, mais je n’ai rien trouvé. Donc, avec la crise de la quarantaine, je me suis jeté dans l’entrepreneuriat en lançant cette marque “. 

L’amaretto nouvelle génération

Adriatico est une jeune marque. Mais avec la volonté de créer un beau et bon produit ! D’ailleurs, il a fallu 3 ans à son créateur entre son idée initiale, et la sortie de la première bouteille.

La résurrection de l’amaretto passe visuellement par une bouteille qui casse les codes : un clin d’oeil aux châteaux italiens, haut lieu de l’alchimie au moyen âge. Mais agréable à prendre en main. 

Sans compter sur l’étiquette très lisible, qui nous emmène dans l’Italie des années 70. Un voyage visuel pas déplaisant dans le paysage parfois morose des bouteilles d’alcool ! Mais une originalité ponctuée de problèmes : “Nous avons eu beaucoup de galères sur le moule de la bouteille. Il nous a fallu plus d’un an avec des problèmes de qualité au début, mais aussi de contenance. Les premières séries ne faisaient que 66 cl au lieu de 70 cl. Nous avons aussi dû faire une étiqueteuse et des bouchons sur mesure.”

Ensuite, c’est avec le produit lui-même que les choses deviennent vraiment intéressantes : des ingrédients 100 % naturels. Des amandes récoltées à la main en provenance des Pouilles. Puis longuement toastées, avant d’être  distillées. Et de l’autre côté une macération d’amandes non toastées. Ainsi que de la cannelle, du café, et du cacao. Enfin, une pincée de sel de la saline Margherita di Savoia vient finaliser la recette, un clin d’oeil à la mère Adriatique toute proche. 

Là, où Adriatico tire son épingle du jeu, c’est sur son taux de sucre : deux fois moins sucré (avec du sucre de canne non raffiné) que les autres liqueurs d’Amaretto du marché. Un choix plus en adéquation avec les tendances actuelles de consommation.

“L’aperitivo est important pour moi, car normalement l’amaretto est souvent considéré comme un digestif à cause de sa sucrosité. En baissant le taux de sucre pour Adricatico, l’amaretto n’est plus cette vieille bouteille qui traîne sur les étagères, mais devient un alcool qui se place dans la course avec les grandes liqueurs et les grands spiritueux”, nous glisse Jean-Robert.

Pour ne rien enlever au plaisir (et à l’originalité), Adriatico a sorti également une version bianco qui titre quant à elle à 16% alc, destinée à être dégustée pure sur glace. “C’est arrivé par hasard. Nous avons fait ce jus et on l’a trouvé génial, et donc on en a fait un low ABV à 16% alc, idéal également pour l’aperitivo ! “.  

Le futur d’Adriatico?

Adriatico ne compte pas en rester là. La jeune marque se lance dans des versions vieillies d’Adriatico Roasted Almond, en ex fût de bourbon, de grappa et de cognac. “On veut réinventer la french connexion avec ces vieillissements qui je l’espère seront disponibles d’ici Noël”. Mais aussi quelques autres twists très intéressants à venir l’année prochaine… Mais Georges a juré de garder le secret.

Comme si cela ne suffisait pas, il y a aussi une version vieillie dans la mer Adriatique : 40 bouteilles immergées à 40 mètres de profondeur dans une grotte sous l’eau. Une cuvée non destinée à un but commercial, mais à l’expérimentation ! L’amaretto n’a pas fini de vous surprendre !


Adriatico – 70 cl
Amaretto Bianco et Amaretto Roasted
Disponible sur Internet et cavistes : https://www.amarettoadriatico.com/collections/all

Prix : 35 euros

Adriatico Roasted Amaretto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *