Vous souhaitez donner un coup de pouce à une distillerie et encourager le whisky français : alors on a déniché le projet qui va vous donner envie. Direction la Charente Maritime où la Brasserie Distillerie Bercloux a décidé de franchir le pas du crowdlending pour lancer sa production de whisky français !

La distillerie n’est pas une novice puisqu’elle produit déjà des bières (c’est aussi une brasserie), des alcools de fruits et de plantes et a même déjà commencé le whisky en petite quantité depuis le début de l’année.

Alors pourquoi se lancer dans ce projet collaboratif ? La levée des 80 000 euros doit permettre de financer 50 tonnes de malt d’orge et 100 fûts neufs de 225 litres, permettant de produire l’équivalent de 45 000 bouteilles de whisky single malt. Donc de lancer la fusée avec des volumes suffisants pour les différents marchés potentiels ! Et les banques ? Elles sont tout simplement frileuses d’accompagner un projet comme celui-ci. On entend déjà les cris des banquiers aux cris de « Mais non du whisky c’est seulement écossais…. ». Pauvre fou.

La particularité de ce whisky est qu’il est réalisé à partir d’un alambic Stupfler®. C’est quoi nous direz-vous ? Il s’agit tout simplement d’un petit alambic à colonne. Une des particularités de cet alambic est qu’il permet de fabriquer des eaux-de-vie avec très peu de défauts, voir aucun d’après le discours officiel (ces fameux défauts qui sont justement recherchés et amplifiés dans pas mal de distilleries écossaises qui utilisent des alambics à repasses pour leur single malt).

La distillerie Bercloux

La distillerie n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle avait déjà en 2014 fait appel au financement participatif pour construire son chai de stockage.

Georges a eu la chance de découvrir leur cuvée d’eau de vie d’orge ou Single Malt (oui il faut 3 ans en France aussi pour avoir l’appellation Whisky) de la distillerie Bercloux (seulement 1428 bouteilles) 4 mois en fût neuf puis finit dans des fûts de Pineau des Charentes.
On sent une grande recherche dans la symbiose entre les fûts et le distillat avec des notes très boisés qui ressortent.

Autre fait intéressant, aucun ajout de caramel (le fameux E150 qui pullule dans nos whiskies). Espérons qu’ils feront le même choix pour leur futur whisky !

Pour financer ce futur whisky français : https://www.lesentrepreteurs.com/projets-a-financer/vieillissement-whisky-premium-fabrique-en-france (jusqu’à fin septembre pour participer).

Whisky France Bercloux

Whisky France Bercloux

Whisky France Bercloux

Whisky France Bercloux

Whisky France Bercloux

 

 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

Write A Comment

Et pour ne rien rater à l'actualité cocktails et spiritueux  
Inscrivez-vous à la newsletter ForGeorges 
Soyez le premier à recevoir nos actualités et ne rien rater de ForGeorges
OK
Essayez, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. 
close-link
 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
close-link
19 Partages
Partagez19
Tweetez
Partagez
Enregistrer