Ce n’est pas tous les jours qu’un cocktail célèbre ses 100 ans. Le Sidecar traverse les époques avec une déconcertante facilité, jusqu’à séduire aujourd’hui encore les amateurs du monde entier. La maison de Cognac Rémy Martin rend hommage cette année au Sidecar, une alchimie parfaite dès la première rencontre entre une marque et un cocktail.

Le Sidecar : des origines mystérieuses

Comme beaucoup de créations cocktails, son origine reste disputée entre deux villes : Londres et Paris. Le Sidecar est l’héritier du cocktail Brandy Crusta que le légendaire barman Joseph Santini a inventé à la Nouvelle-Orléans, au milieu des années 1800. Un mélange de brandy, de liqueur de marasquin, de curaçao, de jus de citron frais et d’amers, avec un rim généreusement sucré. La recette de ce cocktail a probablement traversé l’Atlantique, apporté par des bartenders expatriés américains fuyant la prohibition aux États-Unis.

C’est à la sortie de la Première Guerre mondiale que le Sidecar a fait son apparition en Europe. Mais Paris ou Londres ? Harry McElhone du Harry’s New York Bar à Paris en a revendiqué le mérite cette année-là dans son livre de bar « Harry’s ABCs of Mixing Cocktails » sorti en 1922. Toujours à Paris, certains historiens pensent que c’est plutôt Frank Meier du bar Hemingway au Ritz Paris qui a shaké le premier Sidecar l’année suivante, en 1923.

Mais une édition antérieure du livre de McElhone complique encore les choses. Publié en 1919, il attribue l’invention de la boisson à Pat MacGarry, le barman du Buck’s Club à Londres. Les trois hommes auraient contribué à l’émergence de ce cocktail, mais avec une différence majeure : la version de McElhone et MacGarry est à parts égales de citron, de liqueur d’orange et de cognac, tandis que la version de Meier est une part de citron, une part de liqueur d’orange et deux parts de cognac. C’est également à Frank Meier, au Ritz en 1923 que l’on doit la première version de luxe du Sidecar en y introduisant un rare Cognac Fine Champagne d’avant le phylloxéra, millésime 1865. En 2000, le chef barman Colin Field a découvert deux bouteilles dans la cave de l’hôtel parisien : le cognac secret qui se cachait derrière ce fameux « Ritz Sidecar Special » était un Rémy Martin.

Une chose est certaine : depuis sa création ce cocktail s’est rapidement fait connaitre et a connu un succès exponentiel aux quatre coins de la planète. On le retrouve même dans Brighton Rock, le roman de Graham Greene en 1938.

Un nom énigmatique

Le Sidecar fait partie des rares cocktails à avoir un nom qui incite au voyage avant même de plonger ses lèvres dans le verre. Un imaginaire fort qui trouverait peut être son origine auprès d’un capitaine de l’armée américaine dont le moyen de transport préféré pour voguer de bar en bar à Paris était… le side-car !

Mais là aussi, certains historiens du cocktail pensent que son nom pourrait trouver une autre origine, inspiré par la terminologie des bartenders. Le mélange qui reste dans le shaker après l’avoir filtré et servi dans un verre à liqueur sur le côté s’appelle… un side-car. Un bonus fort apprécié des clients, surtout lorsque celui-ci est servi, tout en expliquant aux clients les origines du Sidecar !

Remy Marton 1738 Accord Royal

Rémy Martin 1738 Accord Royal : le cognac parfait pour votre Sidecar

Maintenant que vous êtes incollable sur l’histoire du Sidecar, l’envie vous dit d’en déguster un ? Encore faut-il la bonne recette, et le plus important des ingrédients : choisir le bon Cognac. Celui qui révélera la complexité aromatique de ce cocktail. Une stratégie autour du cocktail que Rémy Martin pousse depuis plusieurs années, comme nous l’explique Joffrey Etienne, ambassadeur de marque sur Rémy Martin : « Nous avons développé il y a deux ans un livret de cocktails stories autour des cocktails classiques. À chaque fois une recette, l’histoire et une illustration, avec notamment le Sidecar« .

Pour rester fidèle à l’histoire, pourquoi ne pas se diriger vers Rémy Martin 1738 Accord Royal ! La liqueur d’orange et le jus de citron confèrent des notes aigres-douces, pour équilibrer, il est donc impératif de choisir un cognac distinctif qui offre une profondeur aromatique généreuse. Rémy Martin 1738 Accord Royal, nommé ainsi d’après une approbation royale accordée à Rémy Martin par le roi Louis XV en 1738, est LE cognac pour préparer un Sidecar digne de ce nom. Un cognac doux et boisé, avec des notes de pain grillé, de vanille et de brioche qui s’expriment pleinement dans des cocktails. Idéal pour que votre Sidecar devienne inoubliable.

Joffrey Etienne nous précise : « 1738 est une date clé pour l’histoire de notre maison. Ce décret royal de Louis XV a permis à Rémy Martin d’étendre son vignoble. Quand le Sidecar est souvent un cocktail trop porté sur l’acidité, Rémy Martin 1738 vient arrondir grâce à ces notes de fruits et cette gourmandise. La présence du Cognac est bien présente et c’est ce que l’on recherche lorsqu’on déguste un Sidecar ».

La recette du RÉMY SIDECAR

Sophistiqué et parfaitement équilibré, le Rémy Sidecar est un symbole de goût et de raffinement en matière de cocktail. Célébrez un siècle de style en préparant votre propre Rémy Sidecar

Ingrédients :
– 30 ml de cognac Rémy Martin 1738 Accord Royal
– 20 ml de Cointreau
– 10 ml de jus de citron

Réalisation :
Verser dans un shaker rempli de glace 30 ml de cognac Rémy Martin 1738 Accord Royal, 20 ml de Cointreau et 10 ml de jus de citron.
Filtrer et verser dans une coupette à champagne.

Ajouter un zest d’orange ou de citron pour plus de fraîcheur.

Des twists de Sidecar

Wild Grape

Saison : Récolte

Ingrédients :
– 30 ml de cognac Rémy Martin 1738 Accord Royal
– 10ml Cointreau
– 10ml de sirop d’érable
– 10ml de jus de citron

Ajouter un zest d’orange ou de citron pour plus de fraîcheur.
Garniture : Verveine citronnée pour des notes végétales et fraîches d’agrumes.

Side’s Vine

Saison : Fête des Pères / Printemps

Ingrédients :
– 30 ml de cognac Rémy Martin 1738 Accord Royal
– 10ml de Cointreau
– 10ml de sirop de champagne
– 10ml de verjus

Garniture :
Demi-couronne de pollen pour apporter de la rondeur et de la complexité.

Rémy Martin célèbre le sidecar avec les bartenders

Pour célébrer le Centenaire de ce cocktail mythique, la Maison Rémy Martin a invité 15 bartenders à participer à un grand concours. Leur mission : revisiter et moderniser la recette classique du Sidecar !

« Sur le papier, on pense qu’il peut être difficile de sortir de la recette originale du Sidecar, mais on a été très surpris par la créativité des participants. Certains ont poussé le côté agrume, d’autres ont poussé le côté vineux. Les marqueurs classiques du Sidecar ont été conservés, mais en apportant une touche d’originalité. On s’aperçoit que les barmen aiment retravailler les cocktails classiques » nous dévoile Joffrey Etienne.


Les bartenders ont notamment pu montrer leur talent lors de la finale nationale qui s’est déroulée au Nolinski à Paris le 28 février.

Rémy Durand de La Baignoire (bartender au Speakeasy à Lyon) est le grand gagnant de ce concours avec son cocktail le « Harry Cherry », un sidecar revisité à base de cerises au marasquin, verjus, pineau des Charentes, Cointreau et Rémy Martin 1738 Accord Royal !

Rémy Durand aura d’ailleurs l’honneur de représenter la France à la finale internationale de ce concours.

Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

Write A Comment

NOUVELLE Newsletter

Gratuite, une fois par semaine, avec les actualités cocktails et spiriteux à ne pas louper, le tout à la sauce ForGeorges !