Maker’s Mark : le bourbon qui se voulait whisky

Parler de Maker’s Mark, ce n’est pas simplement parler Bourbon. C’est parler de spécificités au pluriel. Car au pays de l’oncle Sam, Maker’s Mark cumule les originalités dans le milieu ! Tout cela grâce à l’un des couples les plus révolutionnaires de l’histoire du bourbon : Bill Samuels, Sr et sa femme Margie. Quand le premier a souhaité tourner le dos à la recette familiale traditionnelle, la seconde a eu la vision pour mettre la lumière sur le produit et la distillerie.

Maker’s Mark : un bourbon… de blé rouge !

À la base d’un bourbon, il y a du maïs. Dans les années 1940, la norme gustative des bourbons est orientée vers des saveurs fortes et brutes. Mais Bill Sr a des origines écossaises, et compte bien se démarquer des whiskeys existants. Sa recette sera accessible : crémeux, lisse, rond et jamais agressif.

Faute de moyens pour faire de vrais tests de bourbon, Bill Samuels a créé sa recette… à partir de pains ! Et l’une a particulièrement retenu son attention, réalisée à partir de blé rouge. Il n’en fallait pas plus pour qu’il tombe sous le charme de cet assemblage et décide de changer la recette et d’incorporer le blé rouge plutôt que le seigle à son mashbill pour sa nouvelle recette.

Et d’ailleurs, Maker’s Mark ne s’écrit pas « whiskey » comme c’est la norme aux Etats-Unis, mais “whisky”, écrit à l’écossaise. Pour s’assurer qu’aucun retour en arrière n’est possible, il décide même de brûler l’ancienne recette familiale de bourbon vieille de 170 ans au cours d’une cérémonie.

Main dans la main à toutes les étapes de fabrication

Le fait main est un terme qui revient à la mode. Pourtant chez Maker’s Mark, ça fait partie de leur méthode de fabrication depuis des décennies, ou rien n’a changé, ou presque. Les fûts des 19 chais sont tous tournés à la main, de haut en bas, afin de s’assurer que les contenus de tous les fûts seront soumis aux mêmes variations de température, surtout lors des étés chauds et suffocants du Kentucky. Un travail possible, car Maker’s Mark reste une “petite” distillerie comparée aux mastodontes du whiskey américain.

En plus de la forme carrée spécifique de la bouteille, c’est la cire qui selle le produit qui attire notre attention. Une technique héritée des anciennes bouteilles de Cognac que collectionnait Margie, et dont bénéficient encore les bouteilles qui sortent de la distillerie Maker’s Mark. Une cire posée encore aujourd’hui à la main, faisant de chacune d’elle des bouteilles uniques ! Une idée de Margie.

Maker's Mark cire mise à la main

Et loin d’être la seule puisque c’est elle qui a nommé le whisky, dessiné la typo et la forme de l’étiquette. C’est elle enfin qui a choisi le format carré des bouteilles. Quand Monsieur s’occupait de créer un produit d’exception, madame s’occupait des moyens de l’embellir et d’en faire parler. Un travail fait main, et main dans la main.

Aucun décompte d’âge pour Maker’s Mark

Les amateurs de whisky qui adorent regarder la qualité d’un whisky au travers son âge vont devoir revoir leurs critères. Le vieillissement des whiskies est une des étapes fondamentales chez Maker’s Mark pour créer ce style moelleux, mais sans être écoeurant. Et afin de se l’assurer, Maker’s Mark travaille sans vieillissement déterminé. Certes, le whisky est minimum vieilli 2 ans pour des raisons légales liées au bourbon, mais ensuite c’est uniquement le goût qui compte et non le temps. Comptez entre 5 et 6 ans en moyenne. Mais seul le comité de dégustation de Maker’s Mark décide quand le whisky est bon à être embouteillé pour respecter le style et la vision souhaitée par Bill Samuels, Sr.

Maker's Mark fûts distillerie

Les créateurs du whisky tourisme aux Etats-Unis

Margie Samuels était une femme hors norme. Sans vouloir marcher sur les platebandes de son mari qui s’occupait du whisky, elle s’est mis en tête de faire venir les gens à la distillerie pour la visiter, à une époque où ceci n’existait pas. Margie entreprit de réhabiliter les différents bâtiments disséminés sur le campus victorien, plantant des arbres et des plantes indigènes dans les espaces verts et transformant  la propriété qui ressemblait à une usine délabrée, en un lieu accueillant et abordable. Une nouvelle façon de montrer la qualité du produit à une époque où le bourbon battait de l’aile !

Maker's Mark distillerie

Maker’s Mark à venir découvrir sur Cocktails Spirits Paris 2019

Pour en savoir plus sur le produit, son histoire, son univers, et les façons de le consommer en cocktail, le plus simple est de vous rendre sur le stand de Maker’s Mark sur Cocktails Spirits 2019. Outre le fait de pouvoir tester le produit et le (re)découvrir, il sera possible pour vous de comprendre aussi tout le travail du bois effectué par Maker’s Mark, où un artisan du bois viendra créer une surprise autour d’un fût de Maker’s Mark !
À ne pas louper !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Article publi-promotionnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *