Bientôt 10 ans que la terre attend avec impatience la première machine à cocktails, celle qui va remplacer les bartenders qui tremblent dans l’attente de ce moment de grâce. Mais, bonne nouvelle, ce moment n’est jamais venu. Et deuxième bonne nouvelle, il n’est pas prêt d’arriver !

La machine à cocktail : une esbroufe technologique

Autant il y a 10 ans, il pouvait paraitre hype de bosser sur une machine à cocktail. D’ailleurs, Pernod Ricard s’était empressé de travailler sur Gutenberg via sa start up B.I.G. En 2015, c’était encore à l’ordre du jour, mais l’avez-vous déjà croisé quelque part ? Tout simplement, car le monde change et ce qui pouvait encore être cool et novateur il y a 10 ans est devenu ringard aujourd’hui… Pourtant ça n’a pas empêché d’autres entreprises de se lancer sur le marché avec un esprit visionnaire un entêtement hors du commun.

Quel est l’intérêt d’acheter une fortune une machine pour réaliser des cocktails ? Oui, car nous parlons de machines qui valent plus de 5 000 euros (bien loin des 100 euros d’une Nespresso dont ces créateurs essaient tant bien que mal de copier le succès…) qui en plus vous limite à utiliser les spiritueux de la maison et de mixers loin d’être incroyables. Peut-être pour des recettes élaborées qu’il est impossible de reproduire à la maison ? Et bien non raté ! Un remix plus ou moins réussi d’un moscow mule, d’un whisky ginger ale ou encore d’un horse’s neck (en prenant soin bien évidemment de changer les noms histoire de faire « plus premium »…). La valeur ajouté d’une machine pour réaliser ce genre de cocktail ? Zéro, nada, rien.

Les plaquettes commerciales de ces produits se vantent de pouvoir créer des cocktails en 30 secondes. Mais encore heureux ! Même un humain pas très doué met moins de 30 secondes pour réaliser ce genre de cocktail qui consiste à : ouvrir une bouteille de spiritueux, verser, ouvrir une bouteille de soda, verser, mettre quelques glaçons (et dans ce cas-là, ce n’est même pas la machine qui le fait, c’est à vous de vous coltiner cette tâche…).

Quel est l’intérêt d’une machine à cocktail quand les cocktails RTD existent ?

Leur principal argument est « une qualité constante, même pour les établissements qui ne sont pas formés à la mixologie« . L’argument est honorable… mais depuis quelques années, l’offre de cocktails en bouteilles (nommé RTD) est énorme et déjà très étoffée. Il suffit à n’importe qui (même votre grand-mère) d’ouvrir la bouteille de cocktail RTD, de verser sur des glaçons et… c’est fini !

L’offre de cocktail RTD est plus intéressante que celle des machines à cocktails… Donc quitte à faire l’abstraction sur l’essence même du cocktail (qui consiste en un show et une expérience unique), une personne qui verse un cocktail dans un verre sera toujours plus intéressante que quelqu’un qui tape sur deux boutons…

Un point problématique : le coût écologique d’une telle machine !

Construire une telle machine, cela nécessite du plastique, des composants électroniques, une tablette dédiée, des « pods » dont la recyclabilité est assez étrangement « omise » lors des présentations… Bref un coût écologique bien trop élevé pour une inutilité pareille ! Qu’en est-il de leur durée de vie ? Les pièces seront elles disponibles dans 10 ans … Plein de questions sans réponses.

Une invention qui aurait surement trouvé sa clientèle lorsque « la night » battait son plein, mais qui est complètement hors sol en 2022. Le consommateur recherche plus d’authenticité, se renseigne sur ce qu’il boit, et s’intéresse aussi au coût écologique d’un tel gadget !

Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

Write A Comment

NOUVELLE Newsletter

Gratuite, une fois par semaine, avec les actualités cocktails et spiriteux à ne pas louper, le tout à la sauce ForGeorges !