Par l’intermédiaire d’un communiqué de presse, Alexandre Gabriel (le boss de Maison Ferrand, mais aussi Citadelle Gin ou encore Plantation Rum) a annoncé que Plantation allait changer de nom face à l’agitation engendrée récemment !

Faut-il changer ou expliquer ?

Et c’est là où ça nous interpelle. Car même si la manoeuvre est respectable et compréhensible de la part d’une marque de rhum qui joue son image, mais aussi ses finances, on se pose clairement la question : faut-il aller aussi loin qu’un changement de nom ?

Les plantations de rhum (comme les habitations au passage…) étaient historiquement des endroits dégueulasses où les esclaves noires trimaient de façon inhumaine pour enrichir toujours plus de riches propriétaires blancs ! Des esclaves déportés de force d’Afrique. Combien de personnes qui boivent du rhum ne savent pas ça ? Bien sûr aujourd’hui, tout ceci n’existe plus et les employés sont tous plus ou moins bien traités en fonction des pays de production. 

Mais comme l’écrit très bien un panneau à l’entrée d’un musée de la résistance en France « Ne pas se souvenir, c’est prendre le risque de répéter l’Histoire« . Est-ce qu’une marque commerciale a vocation à faire ce travail ? Peut-on juste comparer le rôle d’un musée avec celui d’une marque de rhum ? Le but d’une marque est de produire de bons rhums, qui font plaisir à ses consommateurs, sans trop faire de vagues. 

Esclave dans une plantation

Dans le « monde d’après », n’est-ce pas également aux marques de prendre leur responsabilité ?

Changer de nom est déjà en soi une sacrée responsabilité. Imaginez le travail colossal que représente un changement de nom : tout ou presque doit être changé. Cela représente des coûts financiers colossaux. On ne change pas de nom comme on change de slip ! 

Mais attention de ne pas tomber dans l’effet inverse et que les combats (tout à fait légitimes au demeurant) ne transforme notre monde actuel, en monde des bisounours où l’on maquille toutes les atrocités du passé, au risque qu’elles ne soient visibles plus que dans des musées…

Est-ce légitime que Plantation change de nom ? Ou est-ce son rôle d’expliquer le passé et tout ce que Plantation signifie ? On vous laisse juger.

Marché aux esclaves
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

1 Comment

Write A Comment

NOUVELLE Newsletter

Gratuite, une fois par semaine, avec les actualités cocktails et spiriteux à ne pas louper, le tout à la sauce ForGeorges !