Imaginez : un client entre dans un bar, passe derrière le comptoir avec le sourire, vous tire l’une de vos très bonnes bouteilles, et repart tout aussi tranquillement, toujours avec le smile. Comment réagiriez-vous ? Vous restez quelque temps incrédule en vous demandant quelle mouche a pu piquer un individu pareil pour oser pareil inconscience. Puis, vous pensez à une mauvaise blague en cherchant les caméras cachées, avant de l’affubler de quelques mots d’oiseaux et de le poursuivre en courant pour récupérer votre dû ? 

Car c’est ce qu’on vit au quotidien en ce moment. Mettez-vous à notre place. Depuis plusieurs années, nous essayons de tout shooter nous-même les produits / bars / barmen. Pourquoi ? Pour vous proposer du contenu unique, et pas juste une reprise de contenus de marque. Un contenu original et qui colle avec l’expérience que nous vous relatons sur ForGeorges. Pour valoriser autant qu’on le peut l’industrie, et les personnes qui y travaillent. En nous tirant nos photos, ce n’est pas juste à nous, mais à toute l’industrie que vous faites du tort. Pourquoi ? Car on va arrêter de le faire ! Ah oui et on vous le dit de suite : ce n’est pas car il y a votre tête, votre marque ou votre établissement sur la photo qu’elle vous appartient et que vous pouvez en faire ce que vous voulez !

Il y a repost et … repost pour les photos.

Quand un barman, ou un établissement reposte notre contenu en nous mentionnant, et en nous créditant pour la photo que l’on a prise, bien sûr que ça nous fait plaisir. Le problème, c’est que depuis plusieurs mois, il n’y a pas une semaine où l’on n’a pas un souci de crédit avec nos photos. 

Nos photos circulent sur les sites, sur les réseaux sociaux, et ForGeorges n’est ni informé ni mentionné par la personne qui a « emprunté » la photo ! Pour lutter contre ça, nous avions mis en place la signature ForGeorges en bas pour limiter les dégâts. Mais, quand c’est possible, des malins la coupent avant de reposter, voir même la diffuser dans des journaux pour leurs actualités. Voir même font des captures d’écran de nos stories Instagram en supprimant ForGeorges qu’ils repostent par la suite… 

Quand ce sont des bars, ou des établissements qui le font, on peut penser qu’il s’agit d’une maladresse. Mais que penser quand il s’agit d’une marque ou d’une agence de presse ?! Mais dans tous les cas, c’est un sacré manque de savoir vivre !

 » Tout le monde sait faire des photos aujourd’hui.  »

Dans un monde où aujourd’hui, tout est gratuit (ou du moins pense que c’est gratuit…), et où la photo s’est démocratisée, tout le monde pense que prendre une belle photo c’est sortir son Iphone dernier cri et appuyer sur un bouton, puis sur un second bouton pour poster. Hop, le tour est joué en 5 secondes. Même une grande marque de Cognac, via son agence presse, nous expliquait récemment que créer du contenu, « ça coute que dalle ». Triste constat d’entendre ça en 2021…

Puisque c’est si facile, faites-le ! Prenez toutes les photos que vous voulez comme ça et regardez le résultat que vous allez en sortir.

Le pire, c’est qu’on n’est pas du genre chiant à ForGeorges. Quand il n’y a pas de visée commerciale, nous n’avons jamais refusé que quelqu’un réutilise nos photos quand c’était simplement poliment demandé.

Aujourd’hui, on se pose clairement la question de continuer à prendre nos propres photos. À part perdre du temps pour se faire piller en moins de temps qu’il ne suffit à le dire ? Faut-il faire comme ce photographe anglo-saxon : poursuivre systématiquement en justice toutes les personnes qui reprennent ses photos sans le mentionner ? Ou faut-il mettre en gros ForGeorges sur toute la photo quitte à la dénaturer ? Ou bien tout simplement, arrêter de prendre des photos… ?

Si vous souhaitez vous informer sur le droit de la photo, nous avons trouvé cet article simple et efficace ou encore ce post Instagram d’une photographe qui a les mêmes problèmes que nous…

Mais en tout cas, ne venez pas pleurer ensuite que l’industrie du bar manque de visibilité, vous aurez participé à son déclin en pillant le travail de ceux qui essaient de mettre la lumière sur vous…

 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

1 Comment

  1. Bravo pour ce coup de gueule. Je suis parfaitement d’accord avec vous sur ce sujet. J’ai moi même vu certaines de mes photos repiquées par des comptes Instagram officiel ! Une honte.

Write A Comment

Et pour ne rien rater à l'actualité cocktails et spiritueux  
Inscrivez-vous à la newsletter ForGeorges 
Soyez le premier à recevoir nos actualités et ne rien rater de ForGeorges
OK
Essayez, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. 
close-link
 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
close-link
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer