Déguster son rhum peut paraître complexe et réservé aux avertis. Mais avec quelques astuces, il est tout à fait possible de maîtriser la dégustation de rhum. Et votre verre de rhum aura beaucoup plus de choses à vous offrir.

Pour nous aider dans cette quête de la bonne et douce dégustation, nous avions rendez-vous à la boutique Excellence Rhum, située dans le 6e arrondissement de Paris, où Steve Bougreau, conseiller spiritueux, et grand connaisseur du rhum, accompagné de Benjamin Nolf, brand ambassadeur SANTA TERESA 1796, nous ont dévoilé leurs astuces de professionnels pour déguster son rhum comme un pro !

Dossier monté en partenariat avec SANTA TERESA 1796.

SOMMAIRE :

PREAMBULE : SANTA TERESA 1796, UN RHUM POUR QUI ?

Steve : SANTA TERESA 1796 est l’un des produits les plus nobles de la tradition hispanique. C’est très doux, et très rond en bouche. Je le préconise à tous les gens qui souhaitent passer sur un rhum plus sec sans se brusquer, car cela reste rond, fruité. On peut aussi bien le déguster à l’apéritif, comme en digestif. Il convient à tout type de personne, c’est un rhum agréable pour tous. 

Benjamin : SANTA TERESA 1796 est un rhum pour tout le monde :avec une douceur mais aussi une complexité et une richesse qui lui permet d’être apprécié par une personne un peu plus avertie. Et qui plait aussi à une clientèle habituée au whisky.

ETAPE 1 : POUR DEGUSTER SON RHUM, CHOISIR LE LIEU ADEQUATE

Steve : Il existe plusieurs écoles, mais je préfère déguster seul. C’est égoïste mais c’est la solution que je privilégie (rires).

Il faut se mettre à l’aise dans une pièce au calme avec juste une musique qui vous plaît. Être confortablement assis dans votre meilleur fauteuil. L’idée est d’être bien .

Si vous dégustez avec des amis, c’est possible mais c’est plus dur de se concentrer sur la dégustation.

L’astuce de Benjamin : Il faut prendre son temps et ne pas être pressé. Si vous dégustez à plusieurs, invitez des gens qui sont dans le même état d’esprit que vous.

Le bon verre pour déguster son rhum

ETAPE 2 : CHOISIR LE VERRE

Steve : le verre est primordial pour une dégustation de rhum. Pour cette dégustation, nous allons utiliser un verre “Ambient”qui sont des verres à pied. Il existe aussi des verres nommés “warm”. Je préfère les “Ambient” car le pied permet de choisir si l’on souhaite chauffer ou non le rhum au creux de ses mains. Le fait de chauffer le rhum permet parfois de libérer des arômes.

Avec le pied, c’est plus simple pour observer le rhum à la lumière et commencer la dégustation par la vue.

La belle contenance de ce verre permet d’aérer le rhum, et libérer les arômes. La forme de la cheminée permet ensuite de les concentrer. Ainsi, on peut décomposer tous les aspects du rhum.

C’est un type de verre qui permet aussi bien de déguster des rhums à 40 % alc, que partir sur des rhums à plus de 70 % alc. C’est LE verre passe partout pour la dégustation de rhum.

Si vous n’avez pas cela à la maison, et ne souhaitez pas investir, il est possible d’utiliser un verre à vin.

À l’inverse, n’utilisez surtout pas de verre type old fashioned, droit, sans cheminée. C’est-à-dire avec la base du verre aussi large que le haut du verre. Il sera impossible de décomposer les arômes, et vous risquez de vous brûler le nez.

ETAPE 3 : OUVRIR LA BOUTEILLE ET VERSER 

Steve : Servez le rhum à température ambiante. Le rhum vient des pays chauds et SANTA TERESA 1796 du Vénézuela. De manière générale avec le rhum, il vaut mieux déguster un rhum plus chaud que frais pour ne pas brider ses arômes. 

On verse entre 2 et 3 centilitres pour apprécier le produit. Les glaçons ? Vous pouvez les laisser au congélateur. Pas de glaçon dans votre verre de rhum !

Les astuces de Benjamin : La dégustation commence par le touché de la bouteille. Prenez le temps de regarder ses détails, l’étiquette, le toucher de la cire.
Comme pour tous les spiritueux, je conseille de servir toujours le verre 5 à 10 minutes avant la dégustation. Et si vous n’avez pas de doseur, vous pouvez utiliser un coquetier. Ils font généralement entre 2,5 et 3 cl. 

ETAPE 4 : OBSERVER LE RHUM

Steve : On va apprécier sa robe à la lumière naturelle, et sur une surface blanche. On voit qu’il a une très belle robe foncée. Ensuite, on fait rouler le rhum doucement sur les parois du verre. On voit les larmes qui se dessinent le long du verre. Elles coulent lentement, ce qui présage quelque chose de bon sur le côté aromatique du rhum. C’est un rhum qui va avoir du corps, qui n’est pas plat, et qui va rester en bouche.

L’information en plus de Benjamin : Sur SANTA TERESA 1796, nous n’avons aucun ajout de colorant ou ajouts d’arômes artificiels. La régularité de goût et de couleur est obtenu grâce au vieillissement en Solera.
La couleur parle d’elle-même et sous-entend de longues années de vieillissement. Par ailleurs, nous ne procédons à aucune coloration ou ajout d’arômes.

Observer son verre de rhum

ETAPE 5 : SENTIR LE RHUM 

Le nez permet de guider la dégustation.

Le but est de commencer à découvrir le rhum en passant le verre en basculant d’une narine à l’autre à quelques centimètres du verre pour décortiquer les arômes, sans se brûler le nez. Suivant la narine, vous allez percevoir des arômes différents. Les arômes vont venir s’ajouter, ce qui est très important.

Les arômes les plus simples à détecter et commun à cette catégorie de rhum : la cannelle, la vanille, le clou de girofle. Ensuite, des notes de fruits secs : amandes, noisettes, et un léger côté rancio.

Pour développer votre nez facilement : il faut être curieux en sentant ce que vous faites à manger, en sentant les ingrédients sur le marché, chez le fleuriste. Et si vous êtes nuls, pas d’inquiétudes, vous pouvez progresser. Un nez, ça s’entraîne ! Il existe même des kits en vente pour vous entraîner, basés sur des huiles essentielles, très prononcées. 

L’astuce du Benjamin : il est possible de jouer sur les différents étages. Mettre le verre à l’horizontal et placer le nez au-dessus du verre, puis au niveau de l’ouverture du verre, et juste en dessous. Sur ces 3 étages, on peut percevoir des arômes différents.

Observer avant de déguster son verre de rhum

ETAPE 6 : GOUTER LE RHUM

Steve : Commencez avec une petite gorgée sur le bout de la langue et gardez la quelques secondes. En fonction de son expérience, on peut aussi faire rouler une petite goutte de rhum dans sa bouche.

Ce qui va être intéressant à ce moment, c’est la rétro-olfaction. Il se passe des choses au niveau de la langue et du palais. Mais il y a aussi ce qui se passe ensuite, lorsque vous allez respirer et qui va passer via votre nez, et vous donner beaucoup d’arômes.

L’astuce de Benjamin : je m’amuse à déguster en me bouchant le nez. Dans ce cas, on a d’abord la puissance du rhum. Puis, après avoir libéré l’odorat, on obtient toutes les notes de Santa Teresa 1796 qui en font sa complexité.

Déguster son rhum

Notes de dégustations SANTA TERESA 1796 :

Tout de suite, on sent de suite la puissance et la richesse et ensuite la vague de douceur arrive. On est sur des notes épicées de vanille et de cannelle avec son côté boisé. Des notes très pâtissières et très gourmandes sur le gâteau aux amandes, le cake aux fruits confits. Et une finale qui se développe lentement avec des notes de cacao, de tabac et de bois. Et ce côté rancio sur la fin.

Ne pas oublier de repasser par les étapes précédentes au cours de la dégustation pour voir comment les arômes ressentis évoluent. Jouez avec les différentes perceptions offertes par les 3 sens. 

L’astuce de Benjamin  : verser une petite goutte de rhum dans la main et frotter avant de porter les mains au nez et sentir certains arômes qui sont décuplés et qui deviennent plus facilement perceptibles de cette façon. Et ça ne colle pas, preuve du peu de sucre contenu dans SANTA TERESA 1796. 

Sentir son rhum avant de déguster

ETAPE 7 (OPTIONNEL) : POUR ACCOMPAGNER LA DÉGUSTATION

Benjamin : Un mélange qui fonctionne très bien avec SANTA TERESA 1796 reste le chocolat noir, au dessus de 70 %. Un pairing classique mais qui prend une dimension particulière avec ce rhum. Juste un petit morceau de chocolat que l’on fait fondre sur le palais et ensuite une gorgée de SANTA TERESA 1796. Le chocolat va déposer une couche légèrement grasse dans la bouche qui va atténuer la puissance du rhum, mais le compléter avec les notes pâtissières du rhum.

J’adore également déguster SANTA TERESA 1796 avec une boisson chaude : le thé noir. Une gorgée de l’un et une gorgée de l’autre !

Santa teresa 1796

ETAPE 8 : APRÈS LA DÉGUSTATION

Steve : Une fois ouverte, on conserve la bouteille à la verticale, à l’abri du soleil et à température ambiante.

L’astuce de Benjamin : après la dégustation, ne lavez pas le verre de suite. Laissez-le de côté toute une nuit, et ressentez le verre le lendemain pour découvrir les arômes qui s’échappent du verre.

Une autre technique pour déguster son rhum

POUR ALLER PLUS LOIN : LES COCKTAILS

Pour profiter d’une autre façon de SANTA TERESA 1796, vous pouvez le tester dans des cocktails comme le old fashioned, un negroni ou un daiquiri.

MISE AU POINT : RHUM AGRICOLE VS RHUM DE MELASSE ?

Steve : Nous ne sommes pas sur un rhum moins bon, mais un rhum différent. Les rhums de mélasse sont souvent plus gras. Mais tout reste une question de goût. Mais il ne faut pas confondre rhum de mélasse et rhum de mélasse avec beaucoup de sucre ajouté.

Il faut conseiller les gens. Il y en a pour tous les goûts mais il faut acheter en connaissance de cause. Et l’information est la clé pour le client afin qu’il consomme en connaissance de cause. C’est une catégorie qui a longtemps été critiquée mais qui comporte de superbes produits.

 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

Write A Comment

Et pour ne rien rater à l'actualité cocktails et spiritueux  
Inscrivez-vous à la newsletter ForGeorges 
Soyez le premier à recevoir nos actualités et ne rien rater de ForGeorges
OK
Essayez, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. 
close-link
 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
close-link
efficitur. libero sed in felis tempus
159 Partages
Partagez159
Tweetez
Partagez
Enregistrer