Vodka Nadé, la petite marque de vodka française qui monte et qui n’hésite pas à innover pour se démarquer, nous sort une première mondiale. Une vodka vieillie dans un fût de vin rouge, le Fronsac. On a posé quatre questions à Cedrik Nadé, fondateur de Vodka Nadé, sur son innovation produit.

Explique-nous les caractéristiques de ton nouveau produit, Vodka Nadé vieillie en fût de Fronsac.

Un an après le lancement de notre Vodka Nadé récolte 2017, nous avions à cœur de célébrer cette belle première année avec la confection d’un spiritueux unique au monde. Nous avons donc fait vieillir durant 4 mois notre nouveau millésime en fût ayant élevé le Clos Candelayres, vin de la propriété de mon grand cousin Emmanuel Martelon située à Fronsac. Après plusieurs mois de vieillissements dans nos chais, le résultat est exceptionnel, donnant naissance à un spiritueux exclusif, subtilement imprégné des tanins du vin et du bois de la barrique, tout en conservant l’identité et la douceur de la Vodka Nadé. La robe est elle aussi exceptionnelle, légèrement rosée avec des nuances dorées, elle se marie à la perfection à son nouvel écrin confectionné spécialement pour cette création.

Nous avons donc réalisé la première vodka vieillie dans un fût de vin rouge au monde. La production est extrêmement limitée car seulement 212 bouteilles numérotées seront disponibles dès le mois de septembre et commandables en avant première par nos partenaires historiques.

Vodka Nadé vieillie en fût de vin rouge

Quelle a été ton inspiration pour créer ce produit ?

Pour créer ce produit, je me suis inspiré des valeurs de notre Vodka Nadé à savoir l’authenticité. Nous avons sélectionné une barrique ayant élevé le vin familial, savoir-faire car la France est reconnue dans le monde entier pour la qualité d’élevage que ce soit de ses vins ou de ses spiritueux, et notre région bordelaise symbolisée par ses vins rouges. Nous voulions une nouvelle fois redorer le blason de la Vodka et montrer que comme pour tous les spiritueux ou même de façon plus générales les produits agroalimentaires, à partir du moment ou nous faisons un travail avec passion, avec des bonnes matières premières et le bon savoir-faire, nous parvenons à réaliser des spiritueux bien loin de nos mauvais souvenirs de jeunesses. Et je pense que le vieillissement des vodkas, peut permettre d’ouvrir les yeux sur cette catégorie en réalité méconnue.

Comment tu as sélectionné le fût qui a servi au vieillissement de la vodka ?

Nous avons sélectionné notre premier fût de manière très simple. Sans réfléchir à l’impact organoleptique au départ, nous avions à cœur que notre premier élevage soit réalisé avec une barrique ayant contenu le vin de notre famille. Le Clos Candelayres, réalisé par mon grand cousin Emmanuel Martellon sous l’appellation Fronsac. Ensuite, nous pensions que le caractère emblématique des vins de Fronsac, dont l’élégance de ses tannins avec cette sensation enrobée de fruits mûrs, se marierait à la perfection à notre nouvelle récolte 2018.

Pour le nez, nous voulions que le vieillissement apporte des notes de grillées et fumées qui pourraient rendre encore plus plaisant notre nez actuel, et ce sont des subtilités perçues sur le vin familial.

Est-ce que tu imagines d’autres nouveautés dans le futur ?

Nous aimerions tester d’autres affinages dans différents fûts pour explorer de nouvelles palettes aromatiques que ce soit des barriques de différentes appellations du bordelais pour continuer d’exploiter les richesses régionales, mais pas seulement, pourquoi ne pas expérimenter des élevages plus atypiques à l’avenir. Nous travaillons également sur l’élaboration d’un gin qui devrait voir le jour d’ici quelques mois, nous promettons que ce dernier sera aussi atypique et qualitatif que notre vodka. À suivre …

 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

Write A Comment

Et pour ne rien rater à l'actualité cocktails et spiritueux  
Inscrivez-vous à la newsletter ForGeorges 
Soyez le premier à recevoir nos actualités et ne rien rater de ForGeorges
OK
Essayez, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. 
close-link
 
Cet article vous a plu ? 
Soyez le premier à recevoir nos articles les plus frais et recettes chaque semaine.
GO
close-link
39 Partages
Partagez39
Tweetez
Partagez
Enregistrer