Avant-hier, c’était les World50best bars à la tv sur Youtube. Le rendez-vous obligé du milieu, même si ça nous étonne toujours que moins de 3000 personnes à travers le monde regarder cet événement en direct. On a donc sorti notre pop-corn et on a grogné comme chaque année. Pourquoi s’infliger cela ? Car c’est le seul événement de la sorte retransmis. Mais aussi, car il donne un bon baromètre du milieu à l’échelle internationale, et permet de pointer les problèmes à l’échelle locale…

Little Red Door : 5eme place

C’était la grosse surprise française de cette année 2022 : le Little Red Door squatte désormais la 5e place des 50Best, et rafle également le « Substainable Bar Award » de l’année. Bonne nouvelle, ça va faire rayonner la France. La moins bonne, c’est qu’il faudra encore plus longtemps faire la queue pour aller boire un verre au Little Red Door désormais. 

Un recrutement exigeant, des partenariats bien gérés sur l’année, des guests bien amenés et un menu bien léché et présenté. Bref, le combo idéal pour marquer des points et justifier cette place !

Mais ensuite … ?

Car, et c’est bien cela le plus embêtant : il faut aller chercher chercher à la 76e place la Candelaria (Paris), puis en 84 et 85eme place le Syndicat et Danico. Autrement dit : un gouffre ! Exit également Fréquence ou encore Cambridge Public House… Un peu flippant quand on voit que Barcelone place trois bars dans le top 10 (Paradiso, Sips, et Two Smucks), et Londres deux (Tayer + Elementary et Connaugh Bar).
Ou encore que l’Italie place 4 bars dans 4 villes différentes dans le Top 50 : Rome, Milan, Florence et Naples dans le Top 50 !

Pour quand le sursaut en France ?

On peut mettre la faute sur différentes raisons (des juges qui restent cantonner à Paris pour la France… et aux mêmes établissements. ). Mais il faut aussi arrêter de se regarder le nombril. Est-ce que le monde du bar s’est remis vraiment en question depuis le Covid ? Quand on demande cela on parle des établissements, des bartenders, et des marques ! Est-ce que les marques font le nécessaire pour mettre la lumière sur différents établissements, autre que les gros paquebots habituels ? Et vice versa, est-ce que les établissements font l’effort de bosser main dans la main avec les marques pour tirer les choses vers le haut ? Prenons l’exemple d’un événement organisé il y a peu pour une marque de téquila en plein Paris à la rentrée : l’occasion de se réunir, de manger, de partager et de se faire former pour pas un rond. On ne compte pas le nombre de bartenders qui ne se sont pas pointés sans prévenir. C’est donc devenu ça le milieu du bar en 2022 ?

Est-ce que votre accueil est aussi bon que vous le dites ?

Un autre point noir et qui s’accentue d’année en année : un accueil devenu catastrophique dans les établissements. D’ailleurs, ForGeorges ne recommande plus de bars aux personnes qui lui demandent. Combien de fois nous avons conseillé des établissements (à des gens pas du milieu) et qui nous ont dit en retour avoir été reçus comme de la mer*** ? Combien de fois nous même avons vécu une expérience différente quand nous sommes allés tester un établissement de façon anonyme VS quand nous signalons que nous sommes ForGeorges. C’est bien beau d’être cool avec les gens du milieu… mais ce n’est pas seulement ça être bartender !

Le milieu du bar français est en train de se casser la figure, mais chut il ne faut pas le dire car c’est mal vu de dire cela… Tout le monde continue de jouer sa musique comme avant. Cela rappelle terriblement une histoire d’un bateau nommé Titanic. Espérons que cela bouge, car on a eu l’excuse des gilets jaunes, puis du Covid… Espérons que la crise du gaz ne soit pas la prochaine sur le liste car ça pourrait devenir fatale à une industrie qui a plus de 10 ans et qui devrait donc devenir mature.

Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

1 Comment

Write A Comment

NOUVELLE Newsletter

Gratuite, une fois par semaine, avec les actualités cocktails et spiriteux à ne pas louper, le tout à la sauce ForGeorges !