Cela fait plusieurs mois que l’on voit passer des articles de presse aux titres plus que pompeux « le meilleur barman du monde … », utilisés à toutes les sauces. On va vous dire un secret : c’est du vent et le meilleur barman au monde n’existe pas. On vous explique pourquoi ?

Arrêtez d’utiliser ce terme frauduleux

Car oui, utiliser ce terme relève de la fraude morale. On essaie de faire croire aux lecteurs, ou aux clients de l’établissement qu’ils ont affaire au seul et unique barman numéro 1 au monde, alors que cela ne relève que d’une appréciation subjective. Vous allez répondre « oui, mais c’est le Guardian – New Yorker – China Daily – placez ici d’autres titres de quotidiens internationaux à forte renommée – qui l’a écrit le premier. Sur quoi est basée cette appréciation ? Sur une compétition internationale de bartenders qui aurait lieu tous les 4 ans de la même façon qu’une coupe du monde de rugby ou de football ? Raté… ça n’existe pas. Certes, il y a bien l’International Bartenders Association (IBA pour les intimes) qui organise une compétition chaque année, le World Cocktail Championship (WCC). Est-ce que le vainqueur devient pour autant le « meilleur barman au monde ». Non, juste le prestigieux gagnant du World Cocktail Championship de l’année en cours… 

Ce terme de « meilleur barman au monde » est utilisé par des journalistes en fonction de leur propre appréciation et affinité avec un lieu. Autrement dit, ça ne vaut pas grand-chose.

Est-ce que le meilleur bartender au monde pourrait exister ?

Mais, nous avons quand même voulu essayer l’exercice. Projetons-nous. Si l’on voulait vraiment désigner le meilleur bartender au monde, que faudrait-il ? Si on se place sous l’angle « compétition sportive », il faudrait référencer toutes les compétitions de bartender au monde. Les locales, mais aussi les nationales et internationales. Puis leur donner un coefficient. Une compétition locale rapporterait par exemple 0,25 points alors que les grandes compétions mondiales type Patrón Perfectionists rapporterait 500 points. Il faudrait ensuite un institut indépendant pour « comptabiliser les points » et celui qui au moment T à le plus de points remporte le titre de « Meilleur bartender au monde » Vous voyez venir l’usine à gaz ? Il faudrait aussi remettre le compteur à zéro tous les ans ? Sinon les plus vieux partiraient avec une longueur d’avance sur les plus jeunes bartenders. Et qui déciderait qu’un concours vaut plus de points qu’un autre ? Sans parler des compétitions qui n’existent pas dans certains pays, et qui donc pénaliseraient des bartenders. Donc, on peut dire que c’est juste impossible…

D’ailleurs, faut-il remporter des concours pour être le meilleur bartender au monde ?

La vraie question est : est-ce que collectionner les trophées fait de vous un bon bartender ? Ça serait oublier un peu vite le côté hospitalité, ô combien important pour passer un bon moment dans un bar et qui correspond à l’expérience vécue par le client dans l’établissement. On peut être le meilleur barman de sa génération en concours et vivre, en tant que client, une expérience catastrophique dans le bar en question (oui, ceci est une histoire vécue…). Finalement, le titre de meilleur bartender au monde ne pourra certainement jamais exister, et c’est tant mieux.

Dans un souci d’égo, beaucoup usurpent ce titre de (meilleur brand ambassadeur au monde, meilleur bartender au monde, meilleur blablabla au monde). Sans parler des journalistes, qui par souci de simplification, utilisent le terme meilleur XXX au monde. C’est une foutaise qui dessert l’industrie du bar au lieu de la tirer vers le haut.

Soyons précis et utilisons « Vainqueur du NOM DU CONCOURS – année du concours) ou « meilleur bartender d’après tel journal, en telle année », ça serait plus honnête pour tout le monde.

Author

Fondateur de ForGeorges - plus de 1 000 bars testés à travers le monde - prend autant de plaisir à tester un nouveau bar, que déguster un spiritueux ou un verre de vin en bonne compagnie ! Spécialiste de la loi Évin et dénicheur de bonnes idées et innovations pour les marques d'alcool ! Son cocktail préféré ? Tous à partir du moment où ils font passer un bon moment (mais ne crache jamais sur un old fashioned bien réalisé ! ). Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...) Auteur des livres : Le Whisky C'est pas Sorcier, Le Rhum c'est pas sorcier et Les Cocktails c'est pas Sorcier, aux éditions Marabout et traduits en plusieurs langues (Anglais, chinois, japonais, russe, italien, néerlandais...)

S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Benoit
1 mois il y a

Amen !

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

NOUVELLE Newsletter

Gratuite, une fois par semaine, avec les actualités cocktails et spiriteux à ne pas louper, le tout à la sauce ForGeorges !