VODKA MAMONT, SUR LES TRACES DES MAMMOUTHS SIBERIENS

User Comments

Les amateurs de spiritueux auront peut être remarqué que depuis quelques temps on voit une longue bouteille en forme de défenses d’éléphant s’ajouter au rang des vodkas premium dans les back-bars. Intrigué, Georges a sauté sur l’occasion d’en savoir plus en se rendant à l’invitation de Mamont pour un apéro sur l’île de la Jatte. C’est donc à quelques mètres des tours de la Défense, les pieds presque dans l’eau dans cette partie de Paris, à tort trop méconnue, que Mamont proposait une dégustation, en accord comme toujours avec tranches de saumon, houmous et autres gourmandises. Cédric Moreau, derrière le bar assurait le spectacle et régalait son public notamment en proposant des verres de vodka Mamont, fumés à la tourbe et au romarin grâce à une cloche à cocktails. Un vrai délice !

Pour la petite histoire, le nom de cette vodka vient du mot russe « mamont » pour mammouth et rappelle directement son origine sibérienne, terre des mammouths. Distillée au pied des montagnes de l’Altaï dans la plus ancienne distillerie artisanale de Russie, elle est issue de blé blanc d’hiver et distillée 6 fois.

Donc si Mamont met un point d’honneur à soigner la qualité de ses cocktails et des mets qui les accompagnent c’est pour faire écho à ses origines. En Russie, la vodka se boit pure tout au long du repas s’accompagne d’apéritifs salés ou vinaigrés. C’est pourquoi Mamont se déguste volontiers avec une petite bouchée gourmet. La marque organise d’ailleurs un concours une fois par an « The Mamont Mission », une compétition d’accords mets & cocktails où chaque équipe est constituée d’un barman et d’un chef. Les gagnants sont alors invités à accompagner des chercheurs en expédition polaire, sur les traces du Grand Mammouth.

Voilà, comme Georges vous savez désormais tout sur cette drôle de vodka. Alors na zdrovie !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *