World Class competition – Ketel One au Mary Céleste

Ketel One Vodka

Chose promise, chose due. Nous allons vous révéler le contenu des Master Class de la compétition World Class 2014 destinée aux meilleurs barmen du monde.

La première présentation s’est déroulée au Mary Céleste en présence de Dennis Tamse, brand ambassador des vodkas Ketel One.

Pendant l’introduction Dennis explique que les barmen ont plutôt tendance à préférer travailler les alcools « bruns » ayant des arômes plus nets et marqués que les alcools blancs. Sa démonstration va tendre à prouver que les parfums plus délicats de la vodka Ketel One offrent la possibilité de twister subtilement un cocktail.

La marque Ketel One appartient à la famille Nolet, qui a commencé par produire de l’alcool de genièvre à Schiedam il y a 300 ans. Elle tient son nom de l’alambic en cuivre Distilleerketel #1. La vodka n’est distillée qu’une seule fois, et filtrée au charbon juste pour la rendre plus claire. L’eau de source ne convenant pas, elle est déminéralisée pour n’être que H2O. Tout ce processus fait de cette vodka un spiritueux délicat et équilibré contrairement à ses consoeurs polonaises ou russes (plus rudes), comme le voulait Monsieur Nolet, parti à San Francisco dans les années 70, où il a pu constaté que les vodkas du moment ne suffisaient pas pour produire un bon cocktail. Chaque cuvée de cette production « handmade » est goûtée et approuvée par un membre de la famille Nolet afin de garantir l’authenticité et la qualité du produit.

Pour nous le prouver Dennis nous invite à une dégustation à l’aveugle de 4 verres. Devant nous, les échantillons contiennent de la Ketel One, Grey Goose, Absolut et Ketel One Citron (je ne vous cache pas qu’il était un peu tôt, et attaqué la vodka quasi à jeun, c’est un peu un challenge !). Nous apprenons pour commencer, que le palais est plus apte à recevoir les arômes tôt dans la journée et que la sensibilité diminue au fil des heures. Afin de pouvoir juger, il faut d’abord faire tournoyer le liquide dans le verre, puis présenter son nez délicatement au dessus, bouche entre-ouverte (Sexy hein ?!) afin de capter le plus possible les essences dégagées. Puis, il faut garder la gorgée dans la bouche et la faire tourner sur la langue pour récupérer un maximum des sensations procurées. Ce process permet de diviser en 4 catégories son ressenti « Fragrance / Flavour / Feel / Finish » (après les 4P du Marketing Mix, les 4F de la dégustation).
Chacune de ces vodkas à sa propre personnalité, certaines sont agressives, sèches, avec juste une sensation sur le milieu de la langue et un goût trop prononcé au final. D’autres se concentrent sur le devant de la langue qui reste humide puis réchauffe l’oesophage. Ma préférence va à la Ketel One Citron, fraîche, douce, ronde, avec des arômes naturels (seulement l’huile des citrons est utilisée pour créer son parfum).

Pour finir, Dennis donne ses conseils aux barmen présents à propos de la compétition, mais aussi sur les cartes de bars. Il présente ses 2 cocktails inspirés du thème World Class 2014 : le Tomatini, frais et plus léger qu’un Bloody Mary, et le LA-Aviation, aux notes de violette et de citron.
Aujourd’hui, Ketel One est devenue une marque pesant sur le marché américain et distribuée dans 63 pays.

Dans le prochain article, nous vous emmènerons découvrir le Johnnie Walker Blue Label avec Yoann Bonneau.

Quelques photos de la Ketel One Masterclass :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *