Suntory Yamazaki x Bill Amberg – #1

Suntory Yamazaki

Aujourd’hui Georges vous propose de pousser les portes de la célèbre maison de Whisky japonaise pour découvrir en avant-première les deux créations du designer Bill Amberg pour les whiskies Suntory. C’est plus exactement à Londres, dans le studio du designer mondialement reconnu pour son travail du cuir, que Georges avait rendez-vous. Une expérience extraordinaire !

Pour ceux qui ne connaissent pas très bien Suntory, il s’agit en toute modestie de la marque qui a créé le premier whisky japonnais à Kyoto en 1923 et qui collectionne les récompenses mondiales pour la qualité de ses whiskies. Vous en avez surement entendu parlé grâce à Bill Murray et son Hibiki dans le film Lost in Translation. La mémoire vous revient ?

Concernant Bill Amberg, c’est juste un génie du cuir anglais. Un artiste ultra premium qui fournit des pièces de qualité pour les plus grandes stars ou bien pour habiller les plus beaux bijoux architecturaux contemporains. Il a déjà collaboré pour des marques de spiritueux tels que Johnnie Walker, G.H Mumm ou encore Bombay Safire.

Après un réveil matinal, nous voilà donc au coeur de Londres, au 2 Lonsdale Road exactement, à deux encablures d’Abbey Road. Georges s’attendait à voir de grandes enseignes indiquant le studio. Mais rien, juste une porte bleue et une sonnette (qui ne marche pas) avec une étiquette « Bill Amberg Studio ».

Etrange pour une personnalité de sa renommé mais tout s’explique lorsque l’on rencontre le personnage d’une grande humilité. Pendant plus d’une heure, ce passionné aura fait visiter son studio de fond en comble. Oui tout y est passé, son bureau, ses inspirations, et même son grenier ! Ici sont stockés tous ses stocks des différents cuirs, avec la possibilité de montrer, de toucher et de comparer différents cuirs (jusqu’au cuir de Saumon, si si ça existe!).
Pas de doute, Georges a en face de lui une pointure du cuir. Et surtout un passionné qui est rentré en immersion complète avec Suntory pour créer deux magnifiques coffrets pour les whiskies Yamazaki 18 ans et Yamazaki 25 ans.

Pas d’esbroufe possible, Bill nous explique tout le déroulé du projet qui a duré un an. De l’immersion complète de son équipe dans la distillerie de Yamazaki à l’inspiration. Combien de marques peuvent dévoiler avec autant de franchise et de passion une collaboration sans tabou ?

C’est surement pour cela que Georges a autant accroché : il s’agit ni plus ni moins de passion entre la marque Japonaise et le designer.
« J’ai cherché le moyen d’apporter l’esprit de Yamazaki à tous. De faire appel aux souvenirs de ceux qui ont eu la chance de s’y rendre, et de tenter ceux qui n’ont pas encore eu le plaisir de découvrir le sanctuaire du whisky japonais » expliquera le designer. Une passion partagée pour l’artisanat, l’attention au détail et le respect de la matière brute. Une passion qui se sent et se communique aux personnes présentes dans le studio ce jour là !

Le premier coffret à être dévoilé est celui de Yamazaki 18 ans.

Pour créer le whisky Yamazaki, des futs contenant précédemment du bourbon ou du sherry  sont brulés pour leur donner leur saveur si particulière. Bill nous montre alors un morceau de fût ramené de son périple au Japon. Le bois montre ainsi une irrégularité. C’est cette apparence que Bill Amberg a reproduit sur une seule pièce de cuir pliée en deux. Georges est bluffé : l’imperfection de la nature et le respect des japonais envers celle-ci est parfaitement reflétée dans ce premier coffret : simple et brut ! Il sera disponible à partir de Novembre au prix de 365 Euros.

Le second coffret est encore plus prestigieux : Yamazaki 25 ans.

Il renferme un Yamazaki 25 ans d’âge. Autrement dit une pépite gustative à laquelle il fallait un écrin digne de ce nom. C’est ainsi que nous est dévoilé un triptyque composé de bois, cuir et cuivre. Un triptyque en rapport à la situation de la distillerie de Yamazaki au confluent de trois rivières. Le cuivre fait référence aux alambics, le bois aux fûts si spéciaux utilisés. Le cuir est quant à lui tanné à la main sur bois de chêne et orné de 25 piqures sellier symbolisant les 25 années de vieillissement.
Un coffret exceptionnel donc au prix de 2 300 Euros à partir de Novembre.

La suite dans le prochain post dédié à Yamazaki. Georges vous parlera plus précisément de la dégustation de ces whiskies au sein du studio de Bill Amberg ainsi que d’autres formes de consommation !

 

 

    1 Comment

    • Ping : Le meilleur whisky du monde n’est plus Ecossais. | ForGeorges – Blog vins, spiritueux, bière, champagne, communication

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *