« Ready to serve » : l’art de marcher sur la tête

Lappoms premix

Pour son deuxième billet invité, Lappoms nous parle de ces « boissons » qui envahissent de plus en plus les rayons des supermarchés.

Second sujet de taille, ces « Ready to serve » qui envahissent les rayons à grands renforts de chartes graphiques colorées et faussement branchées.

La polémique ne date pas d’hier puisque il y a déjà plus de vingt-ans (!), les « premix » faisaient déjà débat quant à leurs commercialisation ou non en France, tandis qu’ils étaient vendus en Grande-Bretagne et suscitaient (c’est d’ailleurs toujours le cas) l’intérêt des adolescents ainsi que des jeunes majeurs.

Ces fameux « premix » étaient commercialisés par les plus gros groupes du secteur des spiritueux pour mettre en avant leurs produits phares en avant comme le Jack Daniel’s & Cola ou le Gin Gordon’s & Tonic.
Sur le fond, des produits de qualité mais sur la forme, ces premix obtenaient les faveurs d’un public qui ne leur était pas vraiment destiné. La France avaient su les stopper à la frontière.
La polémique refera surface vers 2002-2003 lorsque des marques comme BOOMERANG ou SMIRNOFF ICE inondaient le marché et les papilles en raffolaient…
Une vague de lois plus tard, la France vend une SMIRNOFF ICE insipide et quasiment sans sucre tandis que le reste du monde sirote le produit initial qui rend nostalgique ceux qui comme moi en ont écoulé quelques dizaines de bouteilles à l’époque….

Revenons-donc au sujet de base qui a en ligne de mire ces « ready to serve » sans queue ni tête.
Dernier exemple en date, OLD NICK, référence en la matière des produits qui n’ont (d’après moi) pas leurs places dans les rayons des surfaces de vente. Ils viennent de sortir le Mojito et le Cuba Libre, déjà prêt et en version pétillante, ce qui est une innovation aux vues des produits concurrents….
Mais est-ce que quelqu’un peut m’expliquer le quelconque intérêt de ce genre de produit !?

Le Cuba Libre ça me rappelle la scène du film COCKTAIL avec Tom cruise qui disait : « mais tu pouvais pas me dire que c’était juste un rhum-Coca- citron vert ?! »
Ou la scène de la crêpe dans Les Bronzés font du ski : « vous avez de la pâte, vous avez du sucre, bah je veux une crêpe au sucre ! »

La problématique du Mojito est différente.
C’est un cocktail très plébiscité mais compliqué à réaliser chez soi, surtout pour une question de mise en place (glaçons, pailles, pilon, etc…), la réalisation est un jeu d’enfant.

Mais alors franchement si un jour il vous prenait l’idée d’achetez une bouteille de « ready to serve » et peu importe la marque, bien mal vous en prendrait !!! Vous auriez l’impression de consommer une boisson au goût « hollywood chewing-gum » tant la chlorophylle prédomine toujours dans ce genre de préparation.

Au delà de l’aspect gustatif, ces produits affichent un taux d’alcool relativement bas pour passer en dessous des taxes qui devraient normalement s’appliquer, ce qui permet de proposer des tarifs attractifs et ainsi séduire les bourses de nos jeunes….

La solution ? Vous donnez plus d’argent de poche à votre progéniture pour qu’ils achètent des produits de qualité afin d’éviter le mal de crâne le lendemain, et vous leur inculquez les rudiments de la consommation responsable. CQFD

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *