Quand l’Ecosse rencontre le Japon !

Georges était à La Maison Du Whisky pour une rencontre des plus particulières entre une distillerie écossaise et une japonaise. Ou plus précisément entre les fondateurs de Kilchoman et de Chichibu. A première vue, on pourrait penser que tous les opposent : l’un à des lunettes, l’autre non, l’un à une chemise à carreaux, l’autre à rayure, l’un sa mèche à gauche, l’autre à droite… Et pourtant, de nombreuses similitudes. Déjà dans leurs dates de création. Les deux distilleries sont ce qu’on peut appeler des « nouveaux venus » sur la scène du whisky.
Anthony Wills, l’écossais, a fondé la sienne en 2005 sur l’île  d’Islay, versus 2008 pour Ichiro Akuto. Oui je vois déjà calculer, mais non… pas de vieux whisky, seulement 6 ans pour le plus ancien.
Ne partez pas… ils en valent vraiment la peine ! « Quand vous lancez une distillerie, vous êtes obligés de sortir dès le départ des whiskies d’excellentes qualités si vous ne voulez pas couler » lâche Anthony Wills. D’ailleurs quand on lui demande s’il le referait si c’était à refaire ? Il lache dans un air que seul les écossais arrivent à prendre sur leur visage : « si j’avais su que ça prendrais autant de temps et d’argent… je le referais quand même! ».

Car il faut dire que c’est la passion qui mène les deux entrepreneurs. La volonté clairement affichée de se démarquer des grands groupes qui « ont perdu leur âme ». Pour Kilchoman, un retour à l’authentique, à l’époque où le whisky n’était fabriqué que par quelques fermes sur l’île d’Islay. Côté Chichibu, c’est la famille qui a guidé Ichiro. Son grand père avait fondé la distillerie, qui avait ensuite disparue… et il avait une très forte envie de transmettre quelque chose à ses enfants !  C’est de là qu’il a trouvé la force de remettre la distillerie sur pied.

Niveau produit, Chichibu c’est de l’artisanat dans toute sa puissance : l’obsession de la qualité, toujours, tout le temps… et forcement ça a un prix puisque tous les whiskies de la distillerie sont à plus de 120 Euros. Une mention vraiment particulière pour le Port Pipe titrant à 54,5%, qui marie avec excellence son passage par des fûts de Porto qui lui donnent sa couleur si particulière.
Chose suffisamment rare pour être remarquée, Chichibu The Peated indique clairement sur sa bouteille son degré de tourbe (51 ppm) pour une édition limitée à seulement 5 000 bouteilles. On va a prévenu on est dans la rareté !

Pour Kilchoman, son produit phare est Machir Bay 46%, qui tire son nom d’une plage écossaise. Un single Malt de caractère plus accessible puisqu’il coûte environ 55 Euros.

Une belle rencontre, comme on les aime, autour de beaux produits ! On en redemande…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *