Le comptoir de Georges #2 : Le calbar !

Le Calbar paris

Lors d’une rencontre avec Charly Brunet (brand ambassadeur de G’vine dont vous parlerons plus longuement lors d’un prochain post), Georges a découvert le Calebar, petit bar niché au coeur du 12ème. Soyons franc, si Georges avait voulu créer un bar : ce serait celui-là ! Intimiste, des mecs décontractés et classes à la fois et des cocktails de grande qualités réalisés avec de superbes produits ! Un gros coup de coeur pour cette équipe que l’on vous propose de découvrir plus en détail ici !  Interview toujours réalisée par Céléstine !

Aujourd’hui c’est la team du bar Le Calbar qui s’est prêtée au jeu de l’interview pour ForGeorges. On a aimé parce qu’ils sont frais comme la chanson Blurred Lines, dynamique, drôle, intéressant, un peu sexy… Oui, parce que Le Calbar, comme son nom l’indique, c’est l’endroit où l’on sert en baskets (si, si, c’est écrit sur le site !). Un grand merci à Christophe et Thierry, deux barmen qui ont du feeling !

Merci de m’accueillir chez toi ! Commençons par les travaux pratiques, tu me sers quoi pour accompagner cette interview ?

Christophe : Je dois déjà te demander ce que tu aimes… (Célestine étant dans sa période Gin Tonic, puisque c’est l’été, cela a servi de base de discussion).
Je vais te conseiller le cocktail 1986 qui est sur la carte à base de :
– Monkey 47 (Gin d’origine allemande composé de 47 épices, différent des dry gins)
– Gingembre frais
– Citron jaune
– Un peu de sucre
– Du tonic sur le côté à diluer comme bon te semble.

Thierry : Nous faisons des cocktails différents en fonction des personnes, mais si tu es plutôt gin tonic, je ferai un cocktail très floral en short drink.
– A base de Parfait Amour
– N°3 de Berry Bros. & Rudd
– Fleur de sureau
– Citron
– Blanc d’oeuf
– Bitter lavande

Les barmen sont des créateurs, mais les classiques ont été une nouveauté. Quel cocktail aurais-tu voulu inventer ?

Christophe : Ici on a de tout, des classiques, des classiques revisités, des créations… Mais j’aurais aimé inventer le Mojito ! Je serais super riche aujourd’hui ! (rires), si tu trouves quelqu’un qui arrive à remplacer le Mojito, ce mec serait trop fort !

Thierry : Manhattan !

Quelle est ta principale source d’inspiration ?

Christophe : Je goûte et j’ai la chance d’aimer un peu de tout, il y a des choses que je n’aime pas, mais que je peux quand même boire, je suis très ouvert. Quand on me demande de travailler quelque chose que je ne connais pas, je vais goûter au fur et mesure et je vais trouver des assemblages. C’est vraiment du freestyle ! Je suis un ancien cuisinier ça m’inspire aussi, comme ce que j’ai pu découvrir à l’étranger. Je peux aussi aller dans un bar et m’inspirer, je n’ai pas de problème avec ça, il ne faut pas copier c’est tout, c’est du partage.

Thierry : Le freestyle !

T’es connecté comme barman (twitter, facebook, forums) ? Le web tu t’en sers pour quoi ?

Christophe : Oui mais sur le compte du bar ! On a tout : twitter, instagram, facebook…

Thierry : J’ai un Facebook, mais je suis rarement dessus. Je m’en sers pour discuter la plupart du temps. Quand je trouve un produit qui m’intéresse, je le goûte et ensuite je vais chercher des informations sur le web si j’en ai besoin.


On dit que les voyages forment la jeunesse, est-ce que ça forme un barman ?

Christophe : J’ai beaucoup voyagé, c’est plus difficile maintenant. Voyager ouvre sur le comportement, l’état d’esprit, même sur la création car je vais goûter des produits que je ne trouverai pas en France, comme en Asie, en Chine ou en Thaïlande.

Thierry : Pour moi oui, les voyages aident à se former.

Ton prochain voyage c’est où ? Tu visiteras quel bar ?

Christophe : Je ferais le tour du monde si je le pouvais ! Sinon j’irais au Japon ou à New York, mais pour le bar je le chercherais à la dernière minute. J’aime bien les bars dans le style « prohibition » c’est sympa pour les décors.

Thierry : L’Asie m’intrigue toujours, la Thaïlande… Pattaya (en rigolant). Pour le bar à visiter, je n’en ai aucune idée, je le ferais en freestyle !

Barman c’est une vocation, c’est grâce à Tom Cruise que tu as voulu faire ce métier ? Quand tu étais petit, tu voulais faire quoi ?

Christophe : Non ce n’est pas grâce à Tom Cruise ! Je suis issu d’une famille de restaurateurs, à 13 ans je les aidais. Après, j’ai eu le choix de partir en seconde générale ou en BEP. J’étais accepté en général, mais pas en BEP, malgré tout mon CPE a insisté pour que je puisse faire mon BEP hôtellerie. C’était soit ça, soit les bébés ! J’adore les bébés !

Thierry (rigole): Tom Cruise c’est grave ma période en plus ! Mais je me suis orienté suite à un échec scolaire. Quand j’étais petit, je voulais faire « délinquant » !

Christophe (qui lui emboîte la blague): I wanna be a mother fucking hustler !

L’alcool est une base importante dans un cocktail, mais il n’y a pas que ça, quel type de produit préfères-tu travailler pour créer un cocktail ?

Christophe : J’aime beaucoup travailler les liqueurs ! Sinon en terme d’alcool j’aime bien le gin. Et si je me retrouve dans un bar pour consommer je vais me prendre un whisky sec.

Thierry : J’aime bien travailler les fruits frais. Mais si possible pas en smoothie !

Dans la série Misfits les personnages se retrouvent avec des super-pouvoirs suite à un orage, si tu pouvais en choisir un, lequel ça serait ?

Christophe : C’est dur ! Elles sont bizarres vos questions (rires). Je ne m’attendais pas à ça ! Voler le pouvoir des autres c’est bien ça !

Thierry : La téléportation c’est génial !

Christophe : L’invisibilté, c’est violent ça !

Thierry : Moi je veux être Spock !

Christophe : Highlander, c’est bien ça l’immortalité !

Thierry : C’est chiant ça ! tu vois tous tes potes mourir, t’es comme un con ! Pouvoir remonter le temps c’est un truc de ouf ça aussi !

Christophe : Ah oui ! C’est bien ça ! Hiro Nakamura (de Heroes) ! Ou lire dans les pensées c’est archi cool !

Thierry : Remonter le temps, vraiment ! Je pourrais boire un Manhattan à l’époque de la prohibition, ensuite j’irais un jour avant son invention, ça deviendrait ma recette !

Il y a de plus en plus de concurrence à Paris depuis peu de temps, que penses-tu de cette nouvelle notoriété des bars à cocktails ?

Christophe : Je trouve ça très bien ! Il n’y a pas de concurrence. Je considère que le consommateur n’a pas forcément envie d’être toujours dans le même endroit, il a besoin de changement. Il y a des bars avec qui on s’entend bien, ça ne me dérange pas d’envoyer les clients chez eux, je suis sûr qu’ils auront un bon service !
Chaque bar a sa spécificité.

Thierry : Je trouve ça bien pour le public qui est habitué à aller dans les bars de palace. L’ouverture des bars « streets » c’est une vraie opportunité.

Au foot, parler des poteaux carrés c’est l’idéal pour faire croire que tu t’y connais, en mixologie il faut parler de quoi ?
Cette question a bien fonctionné auprès des clients présents qui ont fini par en faire leur sujet de discussion, les poteaux carrés ça marche presque à chaque fois !

Christophe : Je ne sais pas… Ici c’est très particulier, il y a de grands barmen qui viennent, comme des débutants. Ils vont demander des vieux classiques que je ne vais pas connaitre, je vais demander la recette, si j’ai les ingrédients je le ferai. Il n’y a pas de science infuse.

Thierry : Je parle de produits que je connais et je laisse parler les gens, pour apprendre. Il m’est arrivé de connaître un produit, mais il me manquait des informations et la personne avec qui je parlais m’a donné le reste de l’histoire.

En France avec la loi Evin c’est assez difficile pour les alcooliers de communiquer, en revanche dans le monde ils rivalisent d’ingéniosité. Selon toi, quel a été le meilleur coup de communication (BtoB ou BtoC) d’une marque ?

Christophe : La marque Monkey Shoulder est géniale dans ce domaine, surtout dans les bars à cocktails. Ils trouvent des moyens détournés de communiquer, comme les soirées Monkey Crashers, ils font aussi des activités pour les barmen. Du coup on pourrait travailler avec une autre marque mais on passe par eux parce qu’ils le font avec le coeur. Au Calbar on marche beaucoup au feeling !

Thierry : Les Monkey Crashers ont fait un vrai coup ! Ils font une heure de show super énergique. C’est vraiment bien fait, marrant et en même temps tu bois des cocktails.

Quel est ton souvenir de la plus grosse soirée que tu aies pu faire ?

Thierry : Les 24 ans de Christophe !

Christophe (rigole) : c’est vrai que la Folie Douce c’était pas mal !

Thierry : On a eu tellement de soirées inoubliables qu’on peut mourir demain ! (En riant) A force de travailler derrière un bar tu deviens philosophe sans faire gaffe, c’est grâce aux rencontres ! Mais je suis super épanoui dans ce projet de bar, j’ai accompli quelque chose que je voulais faire !

Christophe : Pour l’histoire, du moment où l’idée d’ouvrir un bar à germer jusqu’à l’ouverture, il y a eu 10 projets qui nous sont venus. Mais au final, nous sommes arrivés à ce que nous voulions faire dès le début. Nous avons même plus que ce que nous attendions.

Thierry : On ne pensait pas avoir un si beau lieu ! Nous en sommes vraiment fiers !

Christophe : Le concept nous reflète vraiment ! Un service de qualité, des produits de qualités, comme dans les beaux établissements mais sans se prendre la tête.

Thierry : Pour moi c’était pendant mes 25 ans, j’ai fait une grosse fête dans la maison de mes parents où il y avait 90 personnes autour d’un barbecue. J’ai fini en Calbar ! Tout le monde était réuni, des jeunes, des vieux, un vrai moment de partage.

Vous êtes comme les médecins, pas le droit de parler de vos patients, mais je suis sure que t’as un potin à me raconter, je demande pas de noms promis !

Thierry : Le 8 juin 2012, lors de l’ouverture on tremblait ! Ca c’est une vraie anecdote !

Christophe : Un potin ? C’est fait pour ne pas être dit ! Mais on a eu des stars ici…

Thierry : Tina Arena !

Christophe : China Moses…

Thierry : Et aussi une fille ivre qui est restée 25 minutes aux toilettes. Elle est ressortie dans un sale état… comme les toilettes… elle avait fait pipi par terre…

Tu as un remède contre les cheveux qui poussent le lendemain ?

Christophe : Head and Shoulder ! Un Bloody Mary ou le Fernet Branca c’est bien aussi, c’est LA boisson du barman en ce moment. D’ailleurs lors d’une dégustation où il y avait 17 cocktails, j’ai réussi à trouver le Fernet dans l’un d’eux. Pourtant, il n’y en avait pas beaucoup dedans, mais je suis content quand j’arrive à faire des choses comme ça !

Thierry : Reboire, mais une base d’anis !

Il y a eu une mode des Sminorff Ice, des Jell-O shots… Quel est le produit le plus étrange que tu aies vu sur le marché des spiritueux ?

Christophe : Les alcools avec des animaux dedans ! J’ai goûté un XO avec un cobra qui mange un scorpion à l’intérieur… c’est infâme ! A priori c’est médicinal…

Thierry : Les cocktails moléculaires, il faut arrêter de transformer les produits, les assembler c’est suffisant. Il y a aussi le Mister Freeze Sex on the beach… ça n’a aucun intérêt !

Plein de spiritueux ne sortent pas en France (ou beaucoup plus tard que sur les autres marchés). Lequel voudrais-tu voir commercialiser ?

Christophe : Maintenant tu peux trouver de tout sur internet. Mais s’il y en a que je connais pas, je ne demande qu’à les découvrir.

Thierry : Le Southern Comfort 100 Proof, on le trouve difficilement même en Allemagne

Chez Georges on parle de spiritueux mais aussi de vin, une bonne bouteille à me conseiller ?

Christophe : Je suis pas très vin, voire pas du tout.

Thierry : Un vin australien de Margaret River vers Perth, (Leeuwin Estate ?), ou un bon Shiraz.

C’est bientôt ton anniversaire ? Tu veux quoi comme cadeau ?

Christophe : Rien, quand je veux quelque chose je l’ai ! C’est beau ça comme phrase, c’est sorti tout seul mais c’était magnifique ! Sinon un deuxième bar… aux frais de ForGeorges (promis nous y penserons chez ForGeorges !)

Thierry : Mon anniversaire est passé, j’ai eu un smartphone. Pour le prochain, je voudrais une belle station pour travailler, en inox !

Christophe : Gagner à l’Euromillion !

Question carte blanche, quelque chose à ajouter, un message à faire passer ?

Christophe : Soyez vous même ! N’essayez pas de ressembler à quelqu’un !

Thierry : Peace and Love ! Smoke weed everyday, elle est bien celle là !

Merci pour ton temps, un dernier conseil, qui je devrais aller interviewer après toi ?

Christophe : Mido, au Café Moderne. Cest un super bartender qui a vécu 4 ans à New York, bon esprit !

Thierry : Mika ou Guillaume, au Maria Loca, il fait partie des bars qui méritent de réussir !

 

Le vine de la réalisation de leur cocktail !

 

Crédit photo Slider : Vincent Anceaume